«Neuilly sa mère!» vu par le maire qui a succédé à Sarkozy

CINEMA Il a assisté à l’avant-première du film, qu'il range dans la catégorie «bon film de l'été»...

William Molinié
— 
 Une photo du film «Neuilly sa mère».D
 Une photo du film «Neuilly sa mère».D — DR

Il est sorti dans les salles mercredi. Mais ça fait déjà plus de deux semaines que le maire (UMP) de Neuilly-sur-Seine a visionné en avant-première «Neuilly sa mère!». Nicolas Sarkozy, aussi paraît-il, se serait fait envoyer une copie au Cap, où il se repose en vacances.

Il faut dire que le contenu aurait de quoi faire grincer des dents la cour rapprochée du président. Et aux loges avancées, le premier édile (UMP) de la ville concernée, Jean-Christophe Fromentin. «Bon, l’histoire est un peu plate et commune avec ce choc de deux cultures. A première vue, ce n’est pas très excitant», juge-t-il.

Le scénario? C’est celui d’un jeune des cités propulsé dans la commune la plus huppée de France. Le film est truffé des plus célèbres déclarations et petites phrases de Nicolas Sarkozy. Du «Ma chambre, tu l'aimes ou tu la quittes», au célèbre collège privé où l’on «étudie plus pour réussir plus», les dialogues satiriques se mêlent aux situations épiques. Comme cette scène, peut-être culte (?) où le fils de bonne famille qui rêve de devenir président tapisse sa chambre de posters de Rachida Dati en écoutant le dernier album de Carla Bruni.

Côté première impression, le patron de Neuilly est catégorique : «Oui, c’est un film plutôt sympathique. C’est très caricatural et les traits des personnages ont été tellement tirés à l’extrême que le film est suffisamment drôle. Mais ce n’est pas une satire. C’est une comédie souriante qui place à côté la bourgeoisie de Neuilly et les clichés des quartiers populaires. C’est ce socle qui créé une comédie naïve»

Pas de quoi polémiquer? Selon lui, on est davantage dans le divertissement que dans le scandale… «C’est vrai qu’au début, j’étais un peu sur la réserve car je trouvais le sujet un peu facile. J’avais pu lire le scénario avant même le début des tournages. Et puis, avec les images - et c’est là qu’on reconnaît le talent d’un réalisateur - ça a pris du relief. Les acteurs sont plutôt bons mais n’incarnent ni la réalité des banlieues, ni celle de Neuilly», ajoute-t-il. «Au final, ce n’est pas un travail sociologique. C’est tout simplement un bon film de l’été.»