Les indépendantistes corses se rassemblent à la veille des régionales

POLITIQUE Ce week-end, lors des «journées internationales de Corte», ils ont présenté leur projet pour les élections territoriales du printemps 2010...

E.L. avec agence

— 

 
  — S. AGOSTINI / AFP

Comme prévu, les indépendantistes corses ont tiré à boulets rouges ce week-end sur le plan d'aménagement de la Corse proposé par la majorité. Dimanche, les «journées internationales de Corte» étaient principalement consacrées à la présentation du document «Corsica 21», consacré au «développement durable et solidaire» proposé par les nationalistes.

Un contre projet au plan proposé par la majorité


Il s'agit essentiellement d'un contre projet au Plan d'aménagement et de développement durable de la Corse (Padduc) proposé par les élus de l'UMP, qui en feront leur cheval de bataille pour les élections territoriales du printemps 2010.

L'élu territorial Jean-Guy Talamoni, a dénoncé «un document scélérat rédigé par des scélérats». «Nous les avons fait reculer une fois mais ils vont le représenter, peut-être de manière aggravée» a-t-il averti, faisant allusion au retrait du texte, en juin dernier, par le président UMP de l'exécutif, Ange Santini qui craignait de ne pas le voir adopté.

Fondé sur «l'environnement et l'identité»


Le pôle nationaliste, qui a 3 élus sur 51 à l'Assemblée de Corse a indiqué qu'il allait maintenant faire circuler et enrichir «Corsica 21». Globalement, ils proposent, dans plus d'une centaine de pages, «un développement durable et solidaire, fondé sur l'environnement et l'identité».

Au centre du texte se trouve la «citoyenneté corse». Celle-ci interdirait à tout nouveau venu dans l'île de participer à des élections ou d'acheter un bien immobilier avant d'avoir résidé dix ans en continu en Corse.

5.000 nouveaux arrivants chaque année

«Les nouveaux arrivants n'ont pas à se prononcer lors de scrutins déterminants pour notre avenir», selon Jean-Guy Talamoni. Selon Paul-Felix Benedetti, un des membres dirigeants du pôle indépendantiste Corsica Libera, la Corse doit faire face à l'arrivée de 5.000 personnes supplémentaires, venues du continent ou de pays étrangers. «En 2040, les Corses ne seront plus que 100.000 sur 450.000 habitants, c'est une véritable colonisation de peuplement contre laquelle nous devons nous battre», a-t-il dit.

Devenir une «véritable région européenne»


Sur le plan institutionnel, Corsica Libera prévoit «le passage du statut de départements français à celui d'une véritable région européenne, performante et capable de défendre seule ses intérêts».

Ce dernier a toutefois fait savoir que le texte serait à nouveau soumis aux Corses à l'occasion des élections territoriales du printemps prochain. Traditionnel rassemblement des indépendantistes corses, le «cru 2009» des Journées internationales de Corte est le premier depuis le regroupement en février, sous la bannière unique de Corsica Libera, des quatre mouvements et groupuscules qui composent le nouveau pôle indépendantiste.

Huit délégations étrangères ont également participé travaux basés sur le thème de «la solidarité des peuples en lutte». Des porte-parole venus du Pays basque, de Catalogne, de Bretagne, de Sardaigne, de Nouvelle-Calédonie, de Kabylie, de la Guadeloupe et du Québec, ont ainsi exposé leur combat mené au nom de la défense de leurs identités.