Bagnolet: Un jeune homme qui fuyait la police s'est tué

SEINE-SAINT-DENIS Sa moto a percuté une barre en béton...

MD (avec agence)

— 

Bagnolet:Un jeune homme qui fuyait la police s'est tué, le 10 août 2009.
Bagnolet:Un jeune homme qui fuyait la police s'est tué, le 10 août 2009. — IDE

Il ne voulait pas se soumettre au contrôle de police. Un jeune homme de 18 ans s'est tué ce dimanche sur sa moto après avoir percuté une barrière de béton, alors qu'il fuyait un contrôle de police à Bagnolet (Seine-Saint-Denis).

Il perd le contrôle de son véhicule

Livreur de pizzas, le jeune homme, qui travaillait à 30 mètres du lieu de l'accident, circulait sur sa moto boulevard Raspail à Bagnolet vers 21 heures, lorsqu'une voiture de police lui a demandé de «serrer à droite pour un contrôle», a indiqué une source proche de l'enquête. «Il a fait l'objet d'une injonction par un fonctionnaire de police et n'a pas obtempéré et a pris la fuite, suivi par la voiture de police», a indiqué une source judiciaire, confirmant une information du site internet du quotidien Le Parisien.

Quelques mètres plus loin à l'angle de l'avenue Stalingrad et du boulevard Raspail, le jeune homme a perdu le contrôle de sa moto dans un virage et a percuté une barrière en béton, selon les premiers éléments de l'enquête.

Pas eu de contact entre la moto et la voiture de police

«La voiture de police ne l'a pas touché. Il n'y a pas eu de contact entre la moto et la voiture des fonctionnaires de police», a-t-on encore indiqué de source judiciaire. Le jeune homme est décédé des suites de ses blessures. Le corps devait être transporté à l'hôpital de Montreuil (Seine-Saint-Denis), où il doit faire l'objet d'une autopsie lundi, selon des sources proches de l'enquête.

Le secteur où a eu lieu l'accident a été «sécurisé pour permettre aux enquêteurs de procéder aux investigations nécessaires le plus rapidement possible», d'après une source judiciaire. Le Parquet de Bobigny a immédiatement saisi l'Inspection générale des services (IGS) , «la police des polices». Les enquêteurs procédaient dans la nuit de dimanche à lundi aux auditions des policiers et devaient également entendre des témoins. La police scientifique a également été envoyée sur les lieux.

La tension monte dans le quartier

La «tension était forte» dans le quartier. Quelques minutes après l'accident, des jeunes originaires du quartier où vivait le jeune homme à Bagnolet manifestaient leur colère en brandissant des barres de fer devant des policiers armés de flash-ball. Imputant à la police la mort de leur ami, certains jeunes ont cassé des abri-bus, renversé et mis feu à des poubelles en pleine chaussée, a constaté un journaliste de l'AFP.

Dix camions de CRS, des policiers et trois camions de pompiers ont été dépêchés en renfort mais aucun incident entre jeunes et forces de l'ordre n'était à déplorer vers 2 heures lundi. «Il est difficile d'intervenir dans un climat tendu comme ça. Une procédure a été ouverte. Ce qui est sûr c'est qu'il n'y a pas eu de choc entre un véhicule de police et la moto» du jeune homme, a déclaré Christophe Ragondet, délégué départemental du syndicat de police Alliance.