Michel Rocard veut taxer le gaz, le pétrole, le charbon... et l'électricité dès 2010

CLIMAT La facture pour la moitié des ménages: 300 euros par an...

J.M. avec agence

— 

Michel Rocard, le 28 août 2008 à l'Ecole Polytechnique.
Michel Rocard, le 28 août 2008 à l'Ecole Polytechnique. — REUTERS/Charles Platiau

La «taxe carbone» devrait concerner les énergies fossiles. Michel Rocard, qui présidait la conférence d'experts sur le sujet, a annoncé ce mercredi que la Contribution Climat Energie (CCE) pourrait s'appliquer dès 2010 au pétrole, au gaz et au charbon, pour une facture avoisinant les 300 euros par an «pour un peu plus de la moitié des ménages», selon l'ancien Premier ministre. Mais il n'exclut pas de l'étendre à l'électricité.

Pour l'électricité, Rocard prend sur lui

«On va taxer un certain nombre de comportements, principalement celui qui consiste à utiliser des énergies d'origine fossile» émettrices de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique, a expliqué Michel Rocard sur France Inter. D'après l'avis que ce dernier devait remettre cette semaine au gouvernement, et dont des extraits ont été publiés dans «Les Echos», ce dernier «plaide pour une facturation de la tonne de CO2 émise à 32 euros l'an prochain et à 100 euros en 2030».

Mais, sur le sujet de l'électricité, «la table ronde n'est pas arrivée à un accord et je vais prendre moi la responsabilité de dire qu'il vaut probablement mieux étendre» la CCE à ce secteur, a-t-il assuré par ailleurs.

Le prix plein et la facture de gaz vont gonfler

Ce qui représenterait un surcoût de 7,7 centimes par litre de carburant sans plomb, indique le quotidien. Quant au chauffage au gaz, il subirait un surcoût de 15%. En revanche, les entreprises déjà soumises au système européen des quotas de CO2 (sidérurgie, ciment...) seraient exonérées.

«Ce n'est pas une charge destinée à améliorer les finances de l'Etat», a précisé Michel Rocard. Par ailleurs, il assure qu'«il est largement prévu de compenser la taxe, mais en terme de pouvoir d'achat, de manière à garder intact le signal prix, l'incitation aux gens à se déplacer moins, à avoir petit à petit des voitures électriques, à mettre des doubles vitres ou à faire des économies sur le chauffage».

«C'est un avis», a rappelé l'ancien Premier ministre. Au total, «le gouvernement reste maître de sa décision qu'il prendra au moment de la rédaction du projet de loi de finances 2010», a-t-il souligné. Rendez-vous cet automne, mais seulement si la CCE est «techniquement prête».

>>> La taxe carbone, comment ça va marcher? Pour le savoir, cliquez ici.