Sondages financés par l'Elysée: la polémique enfle

Avec agence

— 

La députée PS Delphine Batho, le 1 septembre 2007.
La députée PS Delphine Batho, le 1 septembre 2007. — HALEY/SIPA

Delphine Batho, députée PS et porte-parole de Ségolène Royal, a annoncé dimanche qu'elle proposerait aux députés socialistes la création d'une «commission d'enquête parlementaire» sur les sondages «financés par l'Elysée ou par l'intermédiaire de son cabinet conseil».

Dans un communiqué intitulé «L'Elysée essaie d'étouffer l'affaire des sondages Opinion Way et du cabinet Buisson», la députée s'est émue des déclarations dimanche du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant selon lesquelles: «si des journaux veulent acheter les mêmes (sondages), nous, on n'y peut rien!».

«Pendant trois jours, cela a été le silence radio. L'Elysée n'a pas rendu publique la liste des 15 sondages payés par la présidence de la République et publiés dans la presse, ni même le nom de son prestataire, que tout le monde connaît pourtant», a poursuivi la députée des Deux-Sèvres, estimant que «la version officielle présentée par Claude Guéant était une histoire racontée aux petits enfants».

Pour elle, «il y a désormais trois versions différentes des faits. Celle d'Opinion Way, celle d'Etienne Mougeotte et maintenant celle de Claude Guéant».

Des sondages épinglés

Dans son rapport sur le budget 2008 de l'Elysée, la Cour des comptes a mis l'accent sur des factures d'un cabinet de conseil, dirigé par Patrick Buisson, un proche du président Sarkozy, pour des prestations de conseils et de sondages.

La Cour s'est étonnée de constater que les sondages commandés par l'Elysée étaient les mêmes que ceux publiés dans la presse, en particulier le «Politoscope» réalisé par l'institut Opinion Way pour Le Figaro et LCI.

Elle a épinglé également pour les mêmes raisons une série de 15 études d'opinion publiées dans la presse, et facturées également à l'Elysée. Mais, là, la Cour n'a pas révélé quels instituts de sondages avaient réalisé ces études, ni quels médias les avaient commandées.