Trois disparus dans un naufrage dans le Var: La préfecture arrête les recherches

SAINT-TROPEZ Les recherches se poursuivent dimanche avec un hélicoptère et plusieurs vedettes...

Avec agence

— 

Carte de localisation du cap Camarat où une vedette a chaviré le 17 juillet 2009.
Carte de localisation du cap Camarat où une vedette a chaviré le 17 juillet 2009. — Idé

La préfecture maritime de Méditerranée a annoncé dimanche soir la fin des opérations de recherches. Elle a renoncé à retrouver des survivants après le naufrage, vendredi au large de Saint-Tropez (Var), d'une vedette avec quatre personnes à bord.

Dans la journée de dimanche, l'adjoint au préfet maritime de Méditerranée avait déjà estimé qu'il existait peu d'espoir de retrouver des survivants .

Un hélicoptère et plusieurs vedettes

«Ce que nous recherchons ce sont des corps pour permettre aux familles de commencer leur deuil», a déclaré Alain Verdeaux au siège du Cross Med (Centre régional opérationnel de surveillance et de secours de la Méditerranée). Les recherches se sont poursuivies dimanche avec un hélicoptère et plusieurs vedettes.

Samedi soir, le corps d’une femme avait été découvert à proximité de la vedette retournée en mer. Il s’agirait d’une d'une femme de 37 ans, habitant Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques). Le corps a été ramené dans la nuit à Grimaud (Var).

La mer était mauvaise

Trois autres passagers se trouvaient à bord de la vedette, disparue depuis vendredi soir après son départ de la plage de Pampelonne à Ramatuelle (Var). Les recherches s'étalent sur une superficie de quelque 400 nautiques carrés au large du cap Camarat.

L'adjoint au préfet maritime a rappelé que les conditions météorologiques étaient «extrêmes» en mer dans la nuit de vendredi à samedi et avaient fait l'objet de bulletins météo spéciaux. Aucun message de détresse n'a été enregistré en provenance de la vedette.

Le pilote, qui travaillait pour une société proposant des séances de ski nautique, aurait demandé à des amis de l'accompagner en raison de conditions météo inquiétantes, selon un témoignage recueilli par la gendarmerie.