Quatre morts lors d'une baignade à Trouville: «l'eau est montée d'un coup, et ce fût la panique».

FAIT DIVERS Le drame est survenu lors d'une baignade collective d'un groupe de promeneurs...

Avec agence

— 

Les sauveteurs s'activent après la noyade de quatre personnes le 18 juillet 2009 à Trouville.
Les sauveteurs s'activent après la noyade de quatre personnes le 18 juillet 2009 à Trouville. — M.DANIAU / AFP

Trois femmes et un adolescent se sont noyés, alors que deux jeunes filles ont été blessées samedi après-midi, lors d'une baignade collective d'un groupe de promeneurs à Trouville (Calvados), a indiqué la préfecture du département.

Les victimes appartiennent à un groupe d'une cinquantaine de personnes françaises d'origine haïtienne ou de nationalité haïtienne. La sortie sur Deauville et Trouville était organisée en liaison avec l'Eglise évangélique du Corps du Christ, de Romainville (Seine-Saint-Denis), a-t-on précisé de même source. Le groupe est allé se baigner sur la plage, non loin de l'ex-hôtel «les Roches noires», ont expliqué samedi soir le préfet du Calvados et le maire de Trouville. Ce secteur n'est pas interdit à la baignade mais la zone n’est pas directement surveillée par des sauveteurs.


Sur un banc de sable à 150m du bord

Six jeunes gens -cinq jeunes femmes et un adolescent de 15 ans- se sont alors trouvés en difficulté. «L'un des baigneurs s'est retrouvé en difficulté et les autres à proximité ont voulu l'aider», a expliqué le maire Christian Cardon. Selon les premiers éléments, ils étaient sur un banc de sable, à environ 150 m du bord de la plage dont ils se sont trouvés isolés par la marée montante qui encerclait progressivement cette langue de sable.

Ils ont été rapidement repérés par une personne pratiquant le kite-surf qui a immédiatement prévenu les pompiers. Sur ce groupe de six, deux jeunes femmes ont été réanimées par les CRS et un médecin qui se trouvait là par hasard sur place. Hors de danger, elles ont été ensuite acheminées à l'hôpital de Lisieux.

Trois jeunes femmes n'ont pu être ranimées. Elles étaient âgées de 24, 20 et 19 ans. Le corps du garçon de 15 ans a été retrouvé sans vie peu avant 20 heures.
Une cellule psychologique a été mise en place pour soutenir les familles, a indiqué la préfecture.

Panique

Présent samedi sur les lieux de la noyade de quatre paroissiens à Trouville, Wilder, l'un des assistants du pasteur de l'église évangélique du Corps du Christ, a raconté que «l'eau est montée d'un coup, et ce fût la panique».

«Nous étions dans l'eau et la mer est montée d'un coup. Ce fût la panique, tout le monde courait dans tous les sens», dit-il dimanche matin, devant la petite maison dans laquelle cette communauté religieuse se réunit à Romainville (Seine-Saint-Denis).

«Un groupe d'une vingtaine de jeunes qui se baignaient, la marée était basse, jusqu'aux genoux, et c'est monté d'un coup», ajoute-t-il, précisant qu'il se trouvait à environ 200 mètres de l'accident. Il refuse de dévoiler son nom de famille. «On était une dizaine d'accompagnateurs, tout le monde était paniqué. La marée est montée très rapidement. Toute la journée, la mer était basse, le drapeau vert était hissé jusqu'à 14H00, les jeunes sont allés dans l'eau vers 14H20. Les vagues ont commencé à monter vers 14H45. Même les plus forts ne pouvaient pas résister», poursuit-il.