Des devoirs pour se remettre dans le bain

Maud Noyon

— 

En moyenne, les enfants travaillent une demi-heure par jour pendant les vacances.
En moyenne, les enfants travaillent une demi-heure par jour pendant les vacances. — B. LEVY / SIPA

L'été est propice à l'amnésie. Les parents, oubliant souvent qu'ils ont été eux aussi des enfants, soumettent leur progéniture au supplice du cahier de vacances. Tu croyais échapper aux maths et à la dictée pendant deux mois, petit inconscient ? C'est raté, tu seras enchaîné au parasol une demi-heure tous les jours - moyenne nationale - pour remplir ton cahier. Best-seller des librairies, avec des ventes qui se chiffrent en millions, ce concentré d'exercices est-il utile ?

A l'examen des fonds de tiroir, on retrouve plutôt les cahiers entamés le 10 juillet avec ferveur pour être rapidement abandonnés deux jours plus tard au fond de la valise. Mais la tradition, c'est la tradition. « Les cahiers sont un rituel de vacances : les parents les ont faits, ils veulent passer le relais à leurs enfants », assure Luc Deverge, directeur chez Gibert Jeune. Et la marmaille y semble assez attachée. Les plus consciencieux se jettent avec avidité sur les classiques Passeport et se soumettent avec un sérieux de thésard à leur programme de révisions. Les petits malins essayent plutôt de faire pencher la balance pour des formules plus sympas. « Les cahiers ont évolué. Ils sont moins arides, plus ludiques avec des jeux, des quiz. » Bref, plus de fun que de d'imparfait du subjonctif pour contrer le très efficace - mais peu folichon - site de l'Education nationale, Académie en ligne, qui propose depuis cette année tous les programmes du primaire au lycée. Mais les grands gagnants des linéaires sont les cahiers où évolue une figure de l'enfance. Et pas n'importe laquelle. Si Arthur et les Minimoys pointent leur nez, c'est la très old school Martine et son camarade fifties Le Petit Nicolas qui feront plancher les enfants cet été. « Ce sont souvent les parents qui choisissent, reconnaît Luc Deverge. Ça leur rappelle des bons moments. » Pour la secrétaire générale de la fédération des Parents d'élèves de l'enseignement public (Peep), les parents se régalent de leur héros préféré pendant que les enfants trinquent. « Les enfants ont toute une année derrière eux, donc c'est priorité au repos. Les cahiers permettent de rassurer les parents, mais ils sont surtout utiles avant la rentrée, pour se remettre dans le bain et de ne pas paniquer », explique Cathy Soulès. Qui rappelle aux stressés des révisions qu'avec expos et excursions, il existe d'autres manières de maintenir éveillées, pendant la trêve des cartables, les cellules grises des plus petits. W