« Autant le texte initial était mal ficelé, autant celui-ci est raisonnable. »

— 

Jean-Pierre Raffarin a défendu le quatrième texte sur le travail dominical examiné à partir d'aujourd'hui par l'Assemblée.