Nicolas Sarkozy au chevet des Antilles

Laure de Charette

— 

La foule a accueilli Nicolas Sarkozyà son arrivée à Fort-de-France, hier.
La foule a accueilli Nicolas Sarkozyà son arrivée à Fort-de-France, hier. — P. COPPEE / AFP

Une visite éclair. Nicolas Sarkozy est arrivé hier à la Martinique avec dans ses bagages les tout nouveaux ministre de l'Intérieur (Brice Hortefeux) et secrétaire d'Etat à l'Outre-mer (Marie-Luce Penchard). Il doit déjà gagner la Guadeloupe aujourd'hui pour participer aux états généraux de l'outre-mer, avant de remettre le cap sur Paris. Initialement annoncé en avril pour l'ouverture de la consultation populaire, ce déplacement a été longtemps suspendu à un « retour au calme » dans les îles.

Le chef de l'Etat a rendu hommage pour la première fois hier aux « dissidents », ces Antillais qui ont quitté leur île pour rejoindre la France libre pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a aussi participé à une réunion des états généraux. Aujourd'hui, il devrait rencontrer à huis clos les élus de Guadeloupe et prononcer un discours à Petit-Bourg.

L'ambiance s'avère encore houleuse dans ces départements, quatre mois après les violentes grèves. L'Elysée, tout en se disant convaincu que le Président serait « bien accueilli », a dépêché près de 900 gendarmes mobiles en renfort. Et son programme a été conçu pour éviter tout risque de confrontation. W