Une femme stérile donne naissance à une petite fille après une auto-greffe de tissu ovarien

MEDECINE C'est la septième naissance de ce type dans le monde, et la première en France...

J.M. avec agence

— 

Rachel et sa fille Ysaline, premier bébé né en France d'une mère stérile après une auto-greffe de tissu ovarien, le 22 juin 2009.
Rachel et sa fille Ysaline, premier bébé né en France d'une mère stérile après une auto-greffe de tissu ovarien, le 22 juin 2009. — J. PACHOUD/AFP

Elle s'appelle Ysaline, elle est née le lundi 22 juin 2009 à Besançon. Elle pèse 3,7 kg, elle est en pleine santé, elle sourit, et ses parents aussi. Un bébé comme les autres, et c'est ce qui fait de cette naissance un événement exceptionnel, puisque sa maman est stérile depuis qu'elle a subi une chimiothérapie intensive. C'est au prix d'une auto-greffe de tissu ovarien qu’elle a pu la mettre au monde sans fécondation in vitro. Une première en France.

C'est pour soigner une maladie du sang, une forme grave de drépanocytose, que Rachel suit le lourd traitement qui la rend stérile. Mais avant de le débuter, fin 2005, elle accepte que le docteur Agnani lui prélève un ovaire. Une fois la chimiothérapie terminée, en 2008, Rachel et son mari Yann veulent un enfant.

«Une grossesse super épanouie»

La partie externe de l'ovaire, conservée à moins 196 degrés par l'équipe du professeur Christophe Roux du CHU de Besançon est alors sortie de l'azote liquide. Et c'est le docteur Pascal Piver, spécialiste du CHU de Limoges qui fait le déplacement pour réaliser la greffe.

L'intervention est un succès, et au terme d'«une grossesse super épanouie» selon Rachel naît Ysaline, septième enfant au monde à voir le jour dans ces conditions. Une prouesse technique, selon le professeur Christophe Roux, qui «offre un espoir aux patientes de préserver leur fertilité et d'avoir des enfants».