La libération conditionnelle de Charles Pieri confirmée en appel

JUSTICE L'ex-dirigeant nationaliste corse sera libéré le 6 juillet...

Chloé Le Guével (avec agence)

— 

Le nationaliste corse Charles Pieri a vu jeudi sa peine ramenée en appel de dix à huit ans d'emprisonnement et 100.000 euros d'amende pour une série de malversations financières en lien avec une entreprise terroriste.
Le nationaliste corse Charles Pieri a vu jeudi sa peine ramenée en appel de dix à huit ans d'emprisonnement et 100.000 euros d'amende pour une série de malversations financières en lien avec une entreprise terroriste. — Jack Guez AFP/Archives
Charles Pieri bénéficiera bien d’une libération conditionnelle. La cour d’appel a confirmé la décision du juge d'application des peines ce jeudi. L’ex-dirigeant nationaliste corse pourra sortir du centre pénitentiaire de Toulon «à compter du 6 juillet» 2009, a déclaré son avocat Eric Barbolosi.

Charles Pieri a été condamné - en appel à Paris en février 2006 - à huit ans de prison pour avoir pris le contrôle d'un réseau de sociétés, dont «Corse nettoyage entretien», pour financer son mouvement - le FLNC-Union des combattants -, son train de vie et celui de ses proches.

Interdiction de retourner en Corse

Il a été par ailleurs condamné le 12 mai par le tribunal correctionnel de Paris à douze mois d'emprisonnement dans un volet annexe d'une affaire de malversations financières en lien avec une entreprise terroriste. Cette peine a été confondue avec la première et Charles Pieri ne devait sortir de prison qu’en juillet 2010.

Le régime de libération conditionnelle lui impose plusieurs conditions à respecter jusqu’à cette date. Il a interdiction de retourner en Corse et de rencontrer «un certain nombre de personnes» liées aux infractions commises. Et il devra avoir une «activité professionnelle», a déclaré son avocat.