Municipales à Perpignan: Jean-Paul Alduy vire à nouveau en tête

ELECTION Avec 40% des voix, le maire sortant, dont l'élection avait été invalidée par le Conseil d'Etat à cause d'une fraude, devance la candidate de gauche Jacqueline Amiel-Donat...

Avec agence

— 

Mardi dernier, le tribunal administratif de Montpellier avait annulé l'élection, estimant que la fraude était avérée et que le faible écart de voix entre les candidats pouvait altérer la sincérité du résultat.
Mardi dernier, le tribunal administratif de Montpellier avait annulé l'élection, estimant que la fraude était avérée et que le faible écart de voix entre les candidats pouvait altérer la sincérité du résultat. — Lionel Bonaventure AFP/Archives

Le maire-sortant de Perpignan, Jean-Paul Alduy (UMP), est arrivé en tête du premier tour des élections municipales organisées dimanche après l'annulation par le Conseil d'Etat du scrutin de mars 2008 entaché par la fraude dite «à la chaussette».

Jean-Paul Alduy a obtenu 40,35% des suffrages exprimés, devançant sa principale opposante, Jacqueline Amiel-Donat (PS, PC, MRC, PRG, CDC), qui totalise 24,75% des suffrages, selon les résultats définitifs communiqués par le bureau centralisateur des votes.

Jean Codognès (divers gauche, MoDem, Verts) a pour sa part recueilli 14,19% des suffrages exprimés. Les quatre autres candidats n'ont pas réussi à dépasser la barre des 10%:

Faible participation

Louis Aliot (FN) a obtenu 9,42 % des suffrages, François Rivière (divers droite) 7,79%, Michaël Cufi (NPA/LO) 2,46% et Raymond Faura (centriste) 1,04%. La participation au scrutin a été de 53,82%.

Le Conseil d'Etat avait confirmé le 23 avril l'annulation pour fraudes de l'élection municipale de mars 2008, entérinant le jugement rendu par le tribunal administratif de Montpellier le 7 octobre 2008.

Lors du dépouillement du second tour, le président d'un bureau, frère d'un colistier de Jean-Paul Alduy, avait été trouvé en possession de bulletins et d'enveloppes dissimulés dans ses poches et ses chaussettes.