Le premier greffé du visage et des mains est mort pendant une opération

SANTE Il a été victime d'un arrêt cardiaque alors qu'il repassait au bloc pour une infection...

Julien Ménielle avec agence

— 

Le patient greffé du visage et des deux mains début avril est mort d'un arrêt cardiaque au cours d'une intervention chirurgicale le 8 juin. L'homme, âgé de 30 ans, a présenté une infection quatre semaines après la greffe, et c'est lors d'une «reprise chirurgicale» que l'accident cardiaque est survenu.

«Il n'y a eu aucun rejet», a tenu à préciser le professeur Laurent Lantiéri, qui avait codirigé cette première médicale à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne). Le chirurgien reconnaît par ailleurs qu'il n'a «pas d'explication sur cet arrêt cardiaque», expliquant que «le fait d’avoir une infection est un phénomène connu chez les greffés».

Des funérailles dans l'intimité

L'annonce, faite ce lundi par un communiqué du chirurgien, est venue confirmer un billet daté du lendemain du décès, publié sur le site bonjour-docteur.com de Michel Cymes. «Nous avons créé l'article mardi dernier, mais nous ne l'avons pas mis en ligne à la demande de la famille du défunt», a expliqué à 20minutes.fr Benoît Thevenet, rédacteur en chef du site.

«Ses proches souhaitaient que les funérailles aient lieu avant que l'information ne soit rendue publique», a-t-il précisé. Une demande appuyée par le professeur Lantiéri, ayant pour objectif de permettre aux proches du disparu d'organiser ses obsèques dans l'intimité, loin de toute médiatisation. Ce n’est donc que dimanche que l’article a finalement été publié.

L'importance des traitements anti-rejets

Malgré ce triste épisode, les résultats de ce type d'opérations sont jugés «encourageants» par l'agence de Biomédecine: «depuis 1998, cinq greffes d’avant-bras ont été réalisées en France, trois greffes partielles de la face et une greffe partielle de la face et des deux avant-bras».

«Sur ces neuf patients, on dénombre un décès post-greffe et une amputation du greffon deux ans après la greffe pour non observance du traitement immunosuppresseur (ndlr le 1er greffé avec une main de donneur, le Néo-zélandais Clint Hallam)», a précisé l'agence. Le premier décès d'un greffé du visage est un Chinois de 32 ans, défiguré par un ours et greffé en 2006, mort en juillet 2008 après avoir négligé ses médicaments anti-rejet.