Écologistes et nationalistes contre le plan d'aménagement

— 

L'examen du projet de plan d'aménagement et de développement durable

(Padduc) de la Corse, prévu aujourd'hui et demain à l'Assemblée de l'île, risque d'être explosif. Depuis un an, ce projet reste contesté, malgré près de 200 modifications apportées au texte. Les opposants (les écologistes et les nationalistes) pensent qu'en modifiant les limites des sites protégés, le projet livrera aux promoteurs les rives encore vierges de l'île. « On pourrait penser que nos élus veulent protéger la Corse. Malheureusement, des dizaines d'exemples très concrets prouvent le contraire », estime Michèle Salotti, présidente du Collectif pour la loi littoral. Les détracteurs affirment aussi que les élus de la majorité veulent rendre constructibles des terrains actuellement protégés.

Les auteurs du Padduc se défendent pour leur part de toute volonté de bétonnage. « C'est un outil qui permettra à la Corse de se projeter pleinement dans le XXIe siècle », explique Camille de Rocca Serra, député et président UMP de l'Assemblée. Début avril, Ange Santini, président UMP du Conseil exécutif de Corse et maire de Calvi, avait présenté une nouvelle mouture censée apaiser le conflit, mais elle est encore loin de faire l'unanimité. Les nationalistes contestent l'« orientation touristique » prêtée au projet. Le bon score de la liste Europe Ecologie aux européennes dans l'île, tout juste devancée par celle de l'UMP, pourrait être décisif dans les débats. W