Aubry veut une « refondation » pour le PS

— 

Le « sursaut collectif » peut-il avoir lieu ? Le Parti socialiste,

fragilisé par son faible score aux européennes (16,5 %), a entamé sa « refondation » mardi soir, sous l'égide de Martine Aubry, dans le cadre de son conseil national. « Nous avons six mois pour changer de cap », a affirmé la première secrétaire devant les 500 participants, afin de « bâtir une maison commune » pour la gauche. La gouvernance du parti sera révisée grâce à une équipe d'une quinzaine de membres (contre 55 actuellement). Une instance composée de « grandes figures » devrait être lancée avec Delanoë, Fabius, Hollande ou encore Royal. L'ex-candidate à la présidentielle, absente mardi soir, devrait aussi représenter le parti à l'international. Côté ouverture, Hamon, qui garde sa place comme porte-parole, appelle au « rassemblement de la gauche », avec notamment les écolos et les communistes, en vue de la présidentielle de 2012. Mais de nombreux ténors du parti critiquent déjà un projet qu'ils ne trouvent pas assez radical. W

M. N.