Economie-fiscalité

— 

B. ROESSLER / EPA / SIPA

Plusieurs partis veulent relancer l'économie européenne

par un grand emprunt communautaire. Ainsi, Europe Ecologie propose un emprunt de 1 000 milliards d'euros sur cinq ans, et le MoDem en veut un équivalent à 3 % du PIB européen. Le PS souhaite, de son côté, un plan de relance de 100 milliards d'euros qu'il compte notamment financer par la traque à l'évasion fiscale.

Europe Ecologie, le NPA et le Front de gauche veulent aussi s'attaquer aux paradis fiscaux en les supprimant dans l'UE pour les premiers et dans le monde pour les seconds. Autres idées : un meilleur contrôle des missions de la Banque Centrale Européenne et un renforcement de la politique communautaire de services publics. A la suite de la crise, l'UMP souhaite moraliser le capitalisme financier, mais plutôt qu'une rallonge, elle veut coordonner les différents plans de relance européens. Un peu plus à droite, Philippe de Villiers demande un renforcement du protectionnisme en passant du libre-échange au « juste échange ». Le FN, lui, demande notamment le retour du franc. W