Prix du lait: les producteurs font pression sur les négociations

AGRICULTURE Ils ont multiplié les manifestations visant le deuxième groupe laitier mondial, ainsi que des hypermarchés alors qu'une réunion se tient à Paris...

J.M. avec agence

— 

Manifestation de producteurs de lait à Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, le 19 mai 2009.
Manifestation de producteurs de lait à Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, le 19 mai 2009. — REUTERS/Pascal Rossignol

Ils veulent peser sur les négociations «de la dernière chance». Les producteurs de lait se sont à nouveau mobilisés, ce mardi partout en France, alors qu'une réunion se tient depuis le matin à Paris avec les industriels du secteur à Paris. Dans la balance: le prix du lait, que les industriels ont baissé unilatéralement de 30% en mai.

Le deuxième groupe laitier mondial, Lactalis, a particulièrement été pris pour cible par les manifestants. «Lactalis est l'un de ceux qui impriment les prix et nous voulons que, dans les zones montagneuses comme le Cantal, où le lait sert à fabriquer du fromage, il y ait une distinction», a précisé le président des Jeunes Agriculteurs du Cantal, Julien Fau. Les producteurs cantaliens réclament 330 euros la tonne, contre 210 euros actuellement.

Les hypermachés visés pour leurs marges élevées

Dans la région, une cinquantaine de manifestaient bloquaient toujours mardi en fin d'après-midi la laiterie du groupe dont il font le siège depuis la veille au soir. Dans l'après-midi, 2.000 à 3.500 de leurs confrères se sont présentés dans l'après-midi au siège, à Laval.

Les hypermarchés, accusés de faire des marges trop élevées sur les produits laitiers, ont également fait les frais du mécontentement des producteurs. Dans l'agglomération de Caen, l'hypermarché Carrefour de Mondeville a même fermé ses portes en fin de matinée en raison de fortes tensions avec des membres des Jeunes Agriculteurs.

Des producteurs inscrits au RSA

Des actions de distribution gratuites de lait, de déréférencement de produits laitiers ou de blocage des accès ont été menées dans des grandes surfaces un peu partout en France.

Dans la Loire, une cinquantaine de producteurs de lait de la Confédération Paysanne se sont inscrits symboliquement au revenu de solidarité active (RSA). En fin d'après-midi, plusieurs centaines de producteurs étaient massés au pied des bureaux de Lactalis à Laval, dans l'attente d'une rencontre avec un responsable. A Paris, les négociations se poursuiviaent en début de soirée, et le gouvernement n'écartait pas l'éventualité d'un échec des discussions.