Même rare, une panne due à la foudre serait plausible

— 

Frappé par la foudre en plein vol selon l'hypothèse émise par la compagnie

aérienne, l'A330 d'Air France aurait essuyé une panne électrique complète. Un scénario plausible, mais exceptionnel. « Une panne totale n'est jamais survenue dans un avion », rappelle Jean-Paul Maurel, pilote et membre du Syndicat des pilotes d'Air France. « Dans ce cas, il y a une parade, que les pilotes étudient même en simulateur de vol, détaille le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL). Une turbine sort de l'avion et produit l'électricité nécessaire au fonctionnement d'un circuit de secours pour les commandes, la radio... » Une parade qui s'additionne au caractère souvent bénin des éclairs. « En vol, les avions sont régulièrement touchés par les orages. Et l'équipage ne s'en rend pas toujours compte », assure le SNPL.

« Un avion, c'est une masse métallique qui attire l'électricité, la foudre ne fait que le traverser et s'évacue par le fuselage. Mais il peut y avoir des atteintes au niveau des appareils électriques. » Des « atteintes » plus ou moins sérieuses : Jean-Paul Maurel, déjà foudroyé en vol, raconte que le circuit électrique principal de son avion « a tenu le coup, mais plusieurs équipements, comme les veilleuses, ont littéralement explosé ».

Pour parer à ces incidents, les pilotes évitent donc au maximum les zones à risque. « Les radars permettent d'éviter le coeur des orages, la zone la plus sensible. Car en plus d'une charge électrique, ce sont des zones de fortes turbulences, avec des courants ascendants et descendants qui peuvent, à eux seuls, provoquer des quasi-accidents », détaille Jean-Paul Maurel. La catastrophe subie par l'A330 pourrait ainsi être due à la conjonction d'une panne et de fortes turbulences. W

Maud Noyon