Airbus A330: Les débris d'avion découverts, une piste «très sérieuse»

CATASTROPHE L'armée brésilienne n'est pas en mesure de dire s'il s'agit bien de l'Airbus d'Air France...

20minutes.fr (avec agence) et Charlotte Valade (au Brésil)

— 

La zone où l'Airbus Rio-Paris d'Air France a disparu aurait été localisée, le 2 juin 2009.
La zone où l'Airbus Rio-Paris d'Air France a disparu aurait été localisée, le 2 juin 2009. — IDE

Alors que les recherches se poursuivent ce mardi pour tenter de localiser l'Airbus d'Air France qui s'est mystérieusement abîmé en plein milieu de l'Atlantique, entre Rio de Janeiro et Paris, avec 228 personnes à bord, dont 73 Français, l'armée de l'air brésilienne dit avoir découvert de «petits débris» d'un avion dans l'Atlantique. C'est un Embraer R-99, un avion radar conçu à l'origine pour la surveillance de l'Amazonie, qui a localisé en premier des débris d'avion, seulement quelques heures après avoir commencé les recherches de l'Airbus qui a soudainement disparu avec 228 personnes à bord.

Un autre appareil a ensuite vu des «éléments et de petits débris d'un avion dans l'océan l'Atlantique, à 650 km au nord-est de l'île de Fernando de Noronha», a déclaré mardi à la presse à Brasilia, le colonel Jorge Amaral.

Un siège et des tâches de kérosène


Les débris découverts constituent «une piste très sérieuse», a estimé l'état-major des armées à Paris, précisant qu'un appareil français qui participait aux recherches avait été dérouté vers la zone où ont été découverts ces débris.

Selon notre correspondante au Brésil, une tâche de kérosène et un siège flottant aurait attiré l'attention des avions qui survolaient le Nord Ouest de Fernando de Noronha, dans la nuit de lundi à mardi autour d'une heure du matin. Un avion a été envoyé sur la zone au lever du soleil et a confirmé à 6h49 locales (10h49 en France) la présence de débris dispersés dans un rayon de 60 km.

Pas de chance de retrouver des survivants

La Force aérienne brésilienne va récupérer les débris pour des tests et les identifier. Le porte-parole a souligné qu'on ne pouvait pas confirmer qu'il s'agissait de l'avion d'Air France tant qu'au moins «une pièce avec un numéro de série, une identification» n'aurait pas été retrouvée. Interrogé sur la possibilité de retrouver des survivants, le colonel Jorge Amaral a répondu «non».

Les recherches se sont intensifiées ce mardi. Le Brésil a mobilisé six avions, deux hélicoptères ainsi que trois navires qui faisaient route vers la zone où l'avion a disparu, à 1.100 km de la ville de Natal, sur la côte nord-est du Brésil, et à 100 km de l'espace aérien du Sénégal. Deux appareils militaires français, un Atlantique 2 et un Falcon 50, avaient repris les recherches à l'aube au-dessus de l'Atlantique pour tenter de localiser l'appareil. L'«Atlantique 2», un appareil de patrouille maritime, avait focalisé ses recherches sur une zone où un pilote brésilien avait signalé dans la nuit avoir aperçu des lueurs orangées sur l'eau, a indiqué le capitaine de vaisseau Christophe Prazuck, de l'état-major. Ces traces étaient le seul indice relevé jusqu'à la découverte des débris. Mais Il est impossible de savoir s'il s'agit de bouées ou même de feu.

Des bateaux, deux sous pavillon hollandais et un sous pavillon français, pourraient «arriver sur la zone dans les prochaines heures», estimait le lieutenant Henrique Afonso Lima, du commandement du 3e district naval. Ce serait donc avant la tombée de la nuit.

«Le plus vraisemblable» était que l'appareil ait été «foudroyé».

Avec une météo meilleure que la veille, les recherches restaient concentrées sur le secteur où l'appareil a disparu, à 1.100 km de la ville de Natal, sur la côte nord-est du Brésil, et à 100 km de l'espace aérien du Sénégal, une zone de turbulences où se rencontrent des masses d'air des deux hémisphères, appelée «pot au noir».

L'un des deux appareils militaires français mobilisés s'est concentré sur une zone où un pilote brésilien avait signalé dans la nuit avoir aperçu des lueurs orangées sur l'eau. Les Etats-Unis ont envoyé un avion militaire d'observation et une équipe de sauvetage, tandis que Barak Obama promettait «toute l'assistance nécessaire». La catastrophe restait inexpliquée même si, pour le directeur de la communication d'Air France, François Brousse, «le plus vraisemblable» était que l'appareil ait été «foudroyé».


Retrouver les boîtes noires

Deux bâtiments de la Marine nationale, le «transport de chalands de débarquement», «La Foudre» qui menait un exercice non loin du Portugal et la frégate «Ventôse», venue des Antilles, font quant à eux route vers la zone probable de la disparition du vol AF447. Ils devraient arriver «sur zone» d'ici à la fin de la semaine, selon le commandant Prazuck.
Les recherches ont pour objectif de retrouver les boîtes noires de l'appareil afin de découvrir les circonstances du drame. «Retrouver les boîtes noires» est «une priorité absolue», a déclaré ce mardi Jean-Louis Borloo, ministre chargé des Transports. Mais avec une profondeur pouvant atteindre les 6.000 mètres, ces recherches pourraient de prendre beaucoup temps.