Affaire Tarnac: Hollande demande une «explication» au gouvernement

ENQUETE Après la remise en liberté de Julien Coupat...

Avec agence

— 

Francois Hollande au congrès de Reims, le 14 novembre 2008.
Francois Hollande au congrès de Reims, le 14 novembre 2008. — REUTERS/Pascal Rossignol

François Hollande, président PS du conseil général de Corrèze, a demandé une «explication nécessaire» du gouvernement sur l'enquête sur des sabotages de lignes TGV après la remise en liberté sous contrôle judiciaire de Julien Coupat, le principal accusé.

>> Pour faire le point sur l’affaire, cliquez ici

«On a vu semaine après semaine l'affaire se dégonfler», a déclaré François Hollande au «Grand rendez-vous» Europe1-Le Parisien, à propos du groupe interpellé en novembre à Tarnac, dans son département.

«Que cette procédure ait porté sur l'incrimination terroriste, là est le problème», a jugé l'ancien patron du PS, reprochant au gouvernement la «publicité» autour de l'affaire.

«Est-ce que l'ultra gauche c'est du terrorisme?»

«Ou c'étaient des terroristes et alors je m'inquiète qu'ils aient été libérés. Ou ce n'étaient pas des terroristes, ce qui n'empêche pas l'ouverture d'autres procédures pour dégradations de biens, mais alors pourquoi les ministres et la justice, sous pression directe du parquet, ont incriminé les faits» comme terroristes, a-t-il demandé.

«Est-ce que l'ultra gauche c'est du terrorisme? On peut avoir des idées extrêmes, et je ne les partage pas», a-t-il poursuivi, «mais est-ce que avoir des idées révolutionnaires c'est tomber sous le coup de procédures anti-terroristes?».