Le "suspect principal" et sa compagne, un couple de "marginaux", qui faisaient l'objet d'un mandat de recherche dans le cadre de l'enquête sur le meurtre du petit Valentin à Lagnieu (Ain), ont été interpellés et placés en garde à vue dimanche après-midi en Ardèche.
Le "suspect principal" et sa compagne, un couple de "marginaux", qui faisaient l'objet d'un mandat de recherche dans le cadre de l'enquête sur le meurtre du petit Valentin à Lagnieu (Ain), ont été interpellés et placés en garde à vue dimanche après-midi en Ardèche. — Jeff Pachoud AFP

JUSTICE

Meurtre de Valentin: des experts jugent Stéphane Moitoiret irresponsable

Un premier collège avait rendu un avis nuancé quant à sa responsabilité pénale...

Stéphane Moitoiret irresponsable? Un second collège d'experts, saisi dans l'enquête sur le meurtre du petit Valentin Crémault, 11 ans, tué à coups de couteau alors qu'il faisait du vélo le 28 juillet dernier à Lagnieu (Ain), a estimé que l'auteur présumé était irresponsable.

>> Pour retrouver tous nos articles sur l'affaire, cliquez ici

L'information, donnée mardi soir par la radio RTL, a été confirmée à l'AFP par Marie-Christine Tarrare, procureure de la République à Bourg-en-Bresse.

«Sous l'empire d'une force et d'une contrainte»

Un premier collège, composé de trois experts psychiatres qui avaient examiné Stéphane Moitoiret, un marginal de 39 ans poursuivi et écroué le 5 août pour assassinat sur mineur avec acte de barbarie, avait rendu un avis nuancé quant à sa responsabilité pénale.

Cette fois, le second collège a rendu un avis plus net, les trois nouveaux experts estimant tous que Moitoiret avait «agi sous l'empire d'une force et d'une contrainte à laquelle il n'avait pu résister», et qu'il était donc pénalement irresponsable.

Reconstitution le 4 juin à Lagnieu

La procureure a toutefois indiqué qu'elle avait demandé «des réquisitions supplétives» et la désignation «d'un troisième collège» d'experts au juge d'instruction, dont elle attend la décision. Une reconstitution aura lieu le 4 juin à Lagnieu.

«Là on en est à la deuxième contre-expertise, moi je vais jusqu'à la troisième contre-expertise. Et si le procès doit attendre 5 ans voire 10 ans, le procès attendra 5 ans voire 10 ans. Moi je suis très patiente. On fera appel à chaque fois», a réagi mardi sur RTL Véronique Crémault, la mère de Valentin.

«S'il faut faire une grève de la faim je la ferai»

«S'il faut faire une grève de la faim je la ferai. Je m'en fiche maintenant, je n'ai plus rien à perdre. J'ai perdu la personne que j'aimais le plus au monde. (...) je ne veux pas que ça recommence, je veux que la mort de Valentin soit un exemple et surtout que la justice fasse quelque chose», a-t-elle ajouté.

En revanche, la responsabilité pénale de la compagne de Stéphane Moitoiret, Noëlla Hégo, 48 ans, poursuivie pour non-empêchement du crime, dissimulation de preuve et non-dénonciation, a été reconnue.