Aucun poste supprimé l'an prochain

— 

Et une petite concession de plus. Valérie Pécresse,

ministre de l'Enseignement

supérieur, a annoncé hier qu'aucun emploi ne serait supprimé dans les organismes de recherche en 2010. Le gel des suppressions de postes était déjà prévu pour les universités, comme l'avait confirmé le Premier ministre en février. Finalement, la recherche, dont les acteurs sont très actifs dans la fronde actuelle menée contre les réformes, sera aussi épargnée. « Nous devons construire un espace de recherche cohérent, ouvert, bâti sur l'émulation et la coopération », a insisté la ministre au Collège de France, à Paris.

Cette décision constitue une « ouverture importante » aux yeux de Patrick Monfort, du SNCS-FSU, principal syndicat de chercheurs. « C'était la demande que nous faisions pour reprendre les discussions interrompues en mars avec le ministère », a-t-il indiqué. Mais le fossé n'en reste pas moins important entre Valérie Pécresse et la communauté universitaire. W