Les facs ont besoin de « calme »

— 

Entre 1 300 personnes, selon la police, et 5 000, selon les organisateurs, ont

manifesté hier à Paris

contre les réformes en cours dans l'enseignement supérieur. Le secrétaire général du syndicat Snesup a parlé de « rupture forte » entre la communauté universitaire et le gouvernement.

Parallèlement, la Conférence des présidents d'université a estimé que « l'université a besoin de calme et de pause : les présidents sont engagés dans les négociations et ils feront tout pour que [chacun] retrouve la voie du débat serein. » Si la majorité des facs est maintenant débloquée et leurs étudiants en train de rattraper les cours, certaines vivent encore des jours compliqués. Hier, le principal site de l'université de Saint-Etienne a rouvert, mais sous contrôle policier, après l'évacuation d'étudiants grévistes qui avaient tenté de s'installer sur le campus. Par ailleurs, Nicolas Sarkozy a réaffirmé hier sa volonté de rendre autonomes toutes les universités. W