« papy maltraité » submergé

— 

Tatie Danielle n'a plus qu'à décrocher le combiné.

Les culottes courtes

et les femmes ne sont plus les seules maltraitées à disposer de numéros d'appel d'urgence dédiés. L'année dernière, les personnes âgées ont rejoint le sinistre cortège. Et dans des proportions inattendues. Lancé en février 2008, le 39 77 a été littéralement submergé avec 63 000 appels de familles et de professionnels pour dénoncer des maltraitances. Ses gestionnaires en attendaient « seulement » 10 000 à 15 000 par an. Pour la secrétaire d'Etat à la Solidarité, « l'objectif est atteint [...], un tabou se lève ». Valérie Létard annonce dans la foulée la formation d'« au moins » 30 000 personnels à la « bientraitance » des personnes âgées.

Parmi les maltraitances, un cas sur quatre est d'ordre psychologique, les autres sont de nature financière, physique ou encore « médicale ». Conséquence imprévue, l'association qui gère la plate-forme téléphonique ne peut donner suite qu'à 70 % des appels. Et ça ne fait que commencer, prévient l'association, victime de son succès. W