En cavale pour «non restitution du permis de conduire»

FAIT DIVERS Une femme de 44 ans joue au chat et à la souris avec la police depuis le début du mois d'avril...

Avec agence

— 

Quand la peur du gendarme est trop forte? Une femme de 44 ans s’est enfuie de son domicile d'Annesse-et-Beaulieu (Dordogne), début avril, après avoir été condamnée à 1.090 euros d'amende et 100 jours de prison pour «non-restitution du permis de conduire», a rapporté samedi son avocate.

Infractions

Tout débute en 2006, lorsque Christine Kerbellec perd tous les points de son permis après deux infractions (défaut d'assurance et franchissement d'un stop) «qu'elle conteste», a expliqué à l'AFP, Me Sophie Jonquet, son avocate marseillaise.

A ce moment-là, cette mère de deux enfants ne fait pas les démarches pour contester ces infractions et «lorsqu'elle est convoquée pour restituer son permis, en février 2007, elle a égaré le précieux papier rose», selon l’avocate.

Une perquisition des gendarmes à son domicile ne permet pas de le retrouver. Elle est alors convoquée par le tribunal correctionnel de Périgueux, le 12 septembre 2007, qui la condamne à 100 jours-amende de 10 euros et à 90 euros de frais de justice pour «non-restitution du permis de conduire».

Recours

Christine Kerbellec, intérimaire, affirme n'avoir jamais eu connaissance de ce jugement. Le Trésor public lui adresse, quelques mois plus tard, une mise en demeure afin de régler les 1.090 euros. La mère de famille, qui se trouve alors en grande difficulté financière et a été victime d'un accident de voiture, est dans l'impossibilité de régler la somme, toujours selon son avocate.

En décembre 2008, un juge d'application des peines de Périgueux décide de mettre à exécution les 100 jours de prison. Christine Kerbellec fait aussitôt appel et reçoit une convocation devant la cour d'appel de Bordeaux. Cette dernière, qui statue hors sa présence et celle de son avocat, confirme la décision du juge d'application des peines.

Fin mars, la gendarmerie la convoque pour exécuter les 100 jours de prison. C'est alors qu'elle quitte son domicile et de prend la fuite chez des amis. Son avocate a déposé le 21 avril une demande de recours en grâce au président de la République.