Nicolas Sarkozy: «Nous devons apprendre à nos enfants à être fier de la France»

CELEBRATION Le président depuis le Var commémore le 8 mai 1945.

20minutes.fr

— 

Nicolas Sarkozy dépose ue gerbe de fleurs devant la statue du général De Gaulle, sur les Champs-Elysées, le 8 mai 2009 en commémoration de la fin de la Seconde guerre mondiale le 8 mai 1945.
Nicolas Sarkozy dépose ue gerbe de fleurs devant la statue du général De Gaulle, sur les Champs-Elysées, le 8 mai 2009 en commémoration de la fin de la Seconde guerre mondiale le 8 mai 1945. — OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP

Comme l'an dernier, Nicolas Sarkozy a choisi de célébrer la défaite du nazisme depuis une plage du débarquement.

Ainsi qu’il l’explique: «J’ai souhaité, dès mon élection, associer encore davantage les Français à la commémoration de la Victoire du 8 mai 1945, en organisant la cérémonie nationale non plus seulement à Paris, mais aussi dans les hauts lieux de notre mémoire qui symbolisent la lutte de la France combattante pour sa liberté et contre la barbarie.»

Après Ouistreham l’an dernier, en souvenir du débarquement en Normandie, Nicolas Sarkozy sera cette année dans le Var, «en hommage aux hommes qui ont débarqué en Provence
pour ouvrir un autre front et permettre aux forces françaises de prendre part à la bataille décisive, pour la libération du sol national et la défaite de l’occupant.»

>> Dés commémorations à suivre en direct sur 20minutes.fr

Les commémorations officielles du 8 mai 1945 se déroulent donc cette année sur la plage de la Nartelle (commune de Sainte-Maxime, VAR), haut lieu du débarquement de Provence du 15 août 1944.

Après avoir déposé une gerbe au pied de la statue du Général de Gaulle, sur les Champs-Elysées à Paris, avant 9 heures. Nicolas Sarkozy s'est envolé vers le Sud. Après avoir salué des anciens combattants, il a pronconcé son discours, en hommage aux soldats ayant participé au débarquement. Le discours sera suivi d’une revue navale et d’un défilé aérien.

Aujourd'hui, a déclaré le président Nicolas Sarkozy, nous ne célébrons pas seulement la victoire de la France, nous ne célébrons pas seulement la défaite de l'Allemagne nazie, nous célébrons aussi une victoire sur nous-mêmes. Nous ne devons rien oublier mais ne rien haïr.»
(...)
«Nous devons haïr la guerre (...) mais nous n'avions pas d'autres choix que de prendre les armes» contre le nazisme.
(...)
«Nous n'oublierons jamais ces soldats. Ces enfants morts pour racheter (...) la honte de la collaboration, l'humiliation de la servitude. (...) Ils se battaient pour leur (leurs enfants, ndlr) transmettre cette fiereté d'être Français, cette fiereté d'être Français. »
(...)
«Nous devons apprendre à nos enfants à ne pas vivre dans le passé. Mais à être fier de notre pays, à être fier de la France. (...) C'est grâce à tous ces martyrs que nous sommes un peuple libre».