Prison: les syndicats maintiennent le mouvement

BLOCAGE Ils estiment que les propositions de la ministre de la Justice ne sont pas satisfaisantes...

Avec agence

— 

 Des surveillants bloquent l'entrée de la prison des Baumettes à Marseille, le 4 mai 2009.
 Des surveillants bloquent l'entrée de la prison des Baumettes à Marseille, le 4 mai 2009. — Serge PAGANO /REPORTAGES /20 MINUTES

Le mouvement de blocage des prisons, entamé lundi, «est maintenu» pour mercredi, les propositions du ministère de la Justice sur l'amélioration des conditions de travail des surveillants n'étant pas jugées satisfaisantes, selon les déclarations des représentants syndicaux présents à la Chancellerie.

«La mobilisation est d'ores et déjà maintenue pour demain» mercredi, a déclaré Jean-François Forget, de l'Ufap-Unsa, une des trois organisations avec FO-Pénitentiaire et la CGT formant l'entente syndicale à l'origine du mouvement.

«Ils sont frileux»

Il s'exprimait à l'issue d'une journée de réunion au cabinet de la garde des Sceaux Rachida Dati, qui a présenté aux syndicats un «relevé de conclusions» que ceux-ci ont décidé de soumettre aux personnels dès mercredi.

«On est mitigé, satisfaits non, nous avons un relevé de conclusions, nous allons le transmettre aux personnels et c'est eux qui vont se prononcer dès demain», a affirmé Christophe Marquès, de FO.

«Ils n'ont pas l'air d'entendre les personnels, ils sont frileux», a ajouté Jean-François Forget.

Ultimatum de la Chancellerie

«C'est insuffisant, en terme d'emplois il n'y a rien!», a protesté Céline Verzeletti, de la CGT.

Les dirigeants syndicaux ont refusé l'«ultimatum» fixé selon eux par la Chancellerie, qui a exprimé le souhait d'une réponse pour mercredi 11h sur la consultation des personnels.

«Ca n'est pas la Place Vendôme qui fixe l'heure, nous viendrons quand l'ensemble des personnels aura été consulté», a dit Christophe Marquès.