Le skipper de la Tanit a été tué d'une balle française

PIRATES Florent Lemaçon était mort lors de l'assaut mené par les forces de la marine le 10 avril dernier pour libérer les cinq otages du bateau, aux mains de pirates somaliens...

20minutes.fr

— 

Le voilier français Tanit est aux mains de pirates, au large de la Somalie, début avril 2009.
Le voilier français Tanit est aux mains de pirates, au large de la Somalie, début avril 2009. — REUTERS/Marine Nationale

C'est une balle tirée par un soldat de l’armée française qui a tué Florent Lemaçon, 28 ans, le skipper de la Tanit, lors de l'assaut au large du Golfe d’Aden, selon Europe 1. La radio ne cite pas de sources mais se base sur un faisceau d'indices: «les constatations des médecins légistes, les comptes rendus de l’assaut faits par le commando d'élite Hubert à sa hiérarchie et le témoignage de la femme du skipper». Le soldat qui a tiré l'aurait d'ailleurs reconnu très rapidement après les faits, ajoute Europe 1.

Le ministère de la Défense a juste déclaré qu'il avait «pour principe de ne pas commenter une procédure judiciaire en cours». «Le ministre avait clairement affirmé que ses services contribueraient totalement à l'enquête judiciaire, sans pouvoir exclure que la balle soit française», a rappelé le porte-parole du ministère Laurent Teisseire.


Moins d'une semaine après les faits, le procureur de la République de Rennes Hervé Pavy avait expliqué qu'
«aucun projectile ou fragment métallique n'a été retrouvé dans le corps de la victime», et donc qu'il était «impossible de savoir d'où vient cette balle», qui a atteint Lemaçon à la tête.

Une enquête qui sera «longue»

Au lendemain de l'assaut, le ministre français de la défense Hervé Morin n'avait pas exclu que le skipper ait pu être tué par «un tir français» lors de l'assaut. «Anéanti» par la mort de son fils, le père de Florent Lemaçon avait lui rendu hommage aux militaires qui ont «risqué leur vie» dans l'opération de sauvetage, et avait remercié «l'amiral Marin Gillier (le patron des commandos-marine) pour son sens profondément humain».

La «Tanit», partie de Vannes dont était originaire l'équipage, avait été capturée par des pirates somaliens le 4 avril dans le Golfe d'Aden. Le
voilier de 12,5 mètres avait été libéré le 10 avril lors d'une opération qui s'était soldée par la mort de Florent Lemaçon et de deux pirates. Trois autres pirates, capturés et ramenés en France, ont été mis en examen à Rennes.

«Nous allons travailler à rechercher les véritables responsables de cette bande organisée» avait expliqué le procureur Pavy, ajoutant que l'enquête, menée par un collège de juges d'instruction, serait sans doute «longue».