Aucune trace de coups sur le corps de Jonathan

ENQUETE C'est ce que révèle l'autopsie pratiquée ce jeudi...

Avec agence

— 

O. TOURON / 20MINUTES

La thèse de l'accident est désormais privilégiée pour expliquer la mort de Jonathan, un adolescent de 17 ans dont le corps a été retrouvé mercredi dans un canal à Bergues (Nord), près de Dunkerque, six jours après sa disparition.

«Le corps ne porte pas de traces de coups, on ne peut pas dire qu'il y a eu l'intervention d'un tiers», a déclaré le procureur de la République de Dunkerque, Philippe Muller, à la suite de l'autopsie pratiquée ce jeudi matin à l'institut médico-légal de Lille.

Traces de tuméfaction dues à la noyade

«On est donc sur un décès par noyade, mais l'enquête va se poursuivre pour connaître plus précisément les circonstances de cette noyade», a ajouté Philippe Muller.

Des traces de tuméfaction au niveau du visage, relevées mercredi et dont on ne connaissait pas l'origine, sont «dues à la noyade», a-t-il précisé. «Il n'y a pas de choc, il n'y a pas de coup.»

Des prélèvements ont été effectués pour déterminer si Jonathan était ivre au moment de sa noyade. Les résultats seront connus prochainement.

Soirée arrosée

Jonathan aurait été vu à Bierne (Nord) pour la dernière fois le 23 avril vers minuit alors qu'il quittait une maison où il se trouvait avec des amis, lors d'une soirée où ils avaient consommé de l'alcool.

Il devait regagner à pied le domicile de sa mère, situé à Bergues, à environ 2 kilomètres. C'est cette dernière qui avait prévenu les gendarmes dans la nuit.