Ramiz Iseni condamné à la réclusion à perpétuité pour le meurtre de Sophie Gravaud

JUSTICE L’accusé, un homme d'origine bosniaque âgé de 48 ans, comparaissait depuis lundi devant la cour d'assises de Loire-Atlantique...

Avec agence

— 

Le principal suspect dans l'affaire Sophie Gravaud, retrouvée morte étranglée le 13 avril près de Nantes, a reconnu mardi devant le juge d'instruction chargé de l'affaire avoir étranglé la jeune femme, a-t-on appris mercredi de sources proches du dossier.
Le principal suspect dans l'affaire Sophie Gravaud, retrouvée morte étranglée le 13 avril près de Nantes, a reconnu mardi devant le juge d'instruction chargé de l'affaire avoir étranglé la jeune femme, a-t-on appris mercredi de sources proches du dossier. — AFP/Archives

Ramiz Iseni, reconnu coupable du meurtre en 2007 à Nantes de Sophie Gravaud, a été condamné ce jeudi à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d'assises de Loire-Atlantique qui, en revanche, n'a pas prononcé les vingt-deux ans de peine de sûreté réclamés par l'avocat général.

>> Pour retrouver tous nos articles sur l'affaire, cliquez ici

L’accusé, un homme d'origine bosniaque âgé de 48 ans, comparaissait depuis lundi devant la cour d'assises de Loire-Atlantique. Il a reconnu avoir enlevé la jeune vendeuse de 23 ans le 7 avril 2007 et l'avoir étranglée après avoir tenté de la violer.

«Juger n'est pas venger»

«Ramiz Iseni n'est pas qu’un criminel. Ce n'est pas une bête ou un animal, c'est un homme», a rappelé Jérôme Stephan, avocat de l'accusé face à la cour d'assises de Loire-Atlantique.

Exhortant les jurés à faire preuve «de mesure», Jérôme Stephan a pourfendu les réquisitions du ministère public, affirmant: «Juger n'est pas venger. On vous demande d'éliminer Ramiz Iseni de la société et de le rendre le plus malheureux possible, en lui ôtant tout espoir. C'est le choix de l'élimination, et non plus de la réhabilitation. C'est presque un choix de société.»

Risques de récidive pointés par les experts

En début d’après-midi, Ramiz Iseni s’était adressé une dernière fois à la cour, déclarant: «Je regrette profondément ce que j'ai fait et je tiens à m'excuser.»

Jeudi matin, l'avocat général avait requis la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une peine incompressible de 22 ans, rappelant en particulier les risques de récidive pointés par les experts psychiatriques.

«Absence sidérale de toute compassion»

Le magistrat avait dénoncé «l’absence sidérale de toute compassion chez Ramiz Iseni (...) Depuis les faits, c’est le même homme (...). Il ne considère toujours pas l’autre comme une personne humaine. Il aime voir les jeunes femmes soumises à son goût de la toute puissance.»

S'exprimant mardi devant la cour d'assises, son épouse, fiancée à l'âge de 13 ans, avait qualifié de «violent» cet homme avec lequel elle a eu quatre enfants et présenté une vision cauchemardesque de leur vie commune.