Grippe mexicaine: la France passe au niveau 5 du plan d'action d'urgence

SANTE Beaucoup de précautions supplémentaires vont être prises...

Julien Ménielle

— 

Un passager à Roissy Charles-de-Gaulle, le 29 avril 2009.
Un passager à Roissy Charles-de-Gaulle, le 29 avril 2009. — REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le gouvernement a décidé le passage «par précaution» au niveau 5 du plan d'action d'urgence français face à l'épidémie de grippe porcine. Le Premier ministre François Fillon vient de l'annoncer solenellement ce jeudi soir.

Depuis lundi, la France était entrée en «période d'alerte pandémique», c'est à dire en phase 4A de son plan national «Pandémie grippale», alors que l'OMS a déjà enclenché le niveau 5. La réunion interministérielle ce jeudi soir à Matignon était notamment prévue pour permettre de «prendre toute la mesure des conséquences de la décision de l'OMS de passer en niveau 5» et «faire en sorte que tous les ministres travaillent de concert».

4A, 4B ou 5?

«On va vraisemblablement passer au niveau 5», soit en période pandémique, avait même prévenu Nicolas Sarkozy. Un changement de niveau, sans passer par la phase 4B, qui impliquerait des mesures drastiques alors que les recommandations prévues à la phase 4A ne sont pas encore toutes appliquées.

Ainsi, la «suspension des liaisons aériennes, maritimes et terrestres avec les zones touchées» ainsi que la «mise en quarantaine préventive» des voyageurs à leur arrivée n'avait pas été mise en place. Dès la phase 4B, il est prévu de passer à une vitesse nettement supérieure.

Des mesures mises en place au cas par cas

Au programme, le branle-bas de combat général chez les professionnels de santé et les laboratoires pharmaceutiques. Mais aussi des «mesures barrières» comme l'interruption ou la réduction de certains transports en commun, la fermeture des crèches ou des écoles, ou la suspension des spectacles et des rencontres sportives.

A noter cependant que la mise en place de ces mesures n'est pas automatique, mais doit être examinée «au cas par cas» par la cellule interministérielle de crise (CIC). La notion d'«apparition de cas groupés en France» est notamment évoquée. Autre bonne nouvelle, l'OMS a annoncé ce jeudi qu'elle ne disposait «pas d'élément qui laisserait penser qu'il faut passer au niveau 6 d'alerte».

>>> La vie quotidienne en pandémie grippale, c'est comment? Pour le savoir, cliquez ici.