Fofana provoque d'emblée

Bastien Bonnefous

— 

Est-ce son corps qui parle ou une prière intérieure ? Ruth Halimi, la mère d'Ilan, assise sur le banc des parties civiles, se balance doucement d'avant en arrière sans cesser de fixer Youssouf Fofana, tout sourire dans le box des accusés. La scène dure pendant de longues minutes hier, alors que les assises de Paris attendent l'arrivée de la cour pour l'ouverture du procès du « gang des barbares ». Installé dans le coin droit du box, Youssouf Fofana, le chef présumé du groupe, fait l'objet de tous les regards.

Alors que les vingt-six autres accusés, dix-sept hommes et neuf femmes, cachent mal leur gêne, baissant les yeux et évitant de se parler, Fofana parade. Survêtement blanc, crâne rasé et collier de barbe noire, le Franco-Ivoirien de 28 ans provoque dès son entrée, lançant, l'index dressé vers le plafond, « Allah akbar » (Dieu est grand). Quelques minutes plus tard, alors que la cour lui demande son état civil, il se lève et balance d'une traite : « Mon nom c'est arabe, mon prénom c'est africaine barbare armée révolte salafiste. Ma date de naissance, le 13 février 2006 à Sainte-Geneviève-des-Bois. » A savoir le jour et le lieu où a été retrouvé Ilan Halimi agonisant, brûlé et poignardé. Fier de lui, Fofana se rassoit. De l'autre côté du prétoire, Ruth Halimi, entourée de ses deux filles et de la petite amie d'Ilan, ne cille pas. A écouter chaque accusé se présenter, on peine à imaginer que c'est ça le « gang des barbares ». Des garçons et des filles nés en 1983, 1988 ou 1989 qui, au moment des faits, étaient, c'est selon, « lycéenne », « livreur de pizzas », « sans profession »... Pendant dix semaines, ils vont devoir expliquer comment ils ont pu, du 20 janvier au 13 février 2006, participer à l'enlèvement et à la séquestration avec tortures d'un homme de 23 ans qui devait forcément avoir de l'argent, selon eux, puisqu'il était juif.

>>> En raison de débordements, nous nous voyons contraints de fermer cet article. Merci de votre compréhension. Si vous avez des infos ou des témoignages intéressants, n'hésitez pas à les envoyer au 33320@ 20minutes.fr