Quinze à vingt ans requis

— 

Une peine de quinze à vingt ans de réclusion criminelle a été requise hier, aux assises de Haute-Garonne à Toulouse, contre Jacques Viguier. Ce professeur de droit toulousain est jugé pour le meurtre de son épouse disparue en 2000, et dont le cadavre n'a jamais été retrouvé. Dans son réquisitoire de près de trois heures, l'avocat général, Marc Gaubert, a fait état de « présomptions très graves, précises et concordantes qui, additionnées, font une certitude ». « Il n'y a pas d'autre hypothèse que votre culpabilité », a martelé Marc Gaubert en s'adressant directement à Jacques Viguier, immobile dans son box, en égrenant les « explications invraisemblables », les « mensonges » et « les plus de quarante taches de sang retrouvées en sept lieux différents » de son domicile. Jacques Viguier, qui est resté impassible à l'annonce des réquisitions, a toujours nié avoir assassiné son épouse, disparue en février 2000. Le verdict est attendu aujourd'hui. W