Haro sur le bisphénol A dans les biberons, canettes ou conserves

SANTE Cette substance que l'on trouve dans le plastique serait impliquée notamment dans des cancers et troubles du comportement...

Avec agence

— 

Le plastique de nombreux biberons contiennent du bisphénol A.
Le plastique de nombreux biberons contiennent du bisphénol A. — POUZET/20 MINUTES/SIPA

Après les parabens dans les produits de beauté, un nouveau nom barbare risque de tomber dans le langage commun: le bisphenol A. Présente dans le plastique des biberons, canettes ou conserves (lire encadré), cette substance est au coeur d'une polémique, les avis divergeant sur sa nocivité.

Pour le réseau environnement-santé (RES), le bisphenol A serait impliqué dans des cancers et troubles du comportement. Il a demandé lundi une révision des normes officielles à ce sujet. Il y a un mois, la ministre de la santé Roselyne Bachelot avait de son côté indiqué que des études menées par l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) avaient conclu à l'innocuité des biberons fabriqués avec du bisphénol A, même en cas de choc thermique important.

Toxicité chez la souris

«C'est exactement l'inverse», a indiqué André Cicolella, porte-parole du réseau, citant des études établissant même une toxicité de bisphénol A chez la souris, à des doses inférieures à la dose journalière admissible fixée par l'Agence européenne de sécurité alimentaire.

Selon des études récentes, dit-il, cette substance a des effets sur le comportement, sur le cancer du cerveau («elle stimule la croissance du neuroblastome») et sur «l'efficacité de la thérapie du cancer de la prostate».

Rendez-vous à l'Afssa début mai

Le réseau, qui estime que l'Afssa n'a pas respecté «les règles de bonne pratique en évaluation des risques», doit être reçu le 7 mai par les responsables de l'Agence.

Il a par ailleurs lancé un appel aux collectivités locales, à qui il demande de ne plus acheter pour les crèches municipales de biberons contenant du bisphénol A. Une mesure que vient de décider le conseil de Paris.

Chantal Jouanno pour son interdiction

Lundi sur Europe 1, Roselyne Bachelot a réitéré que «les études scientifiques montrent qu'il n'y a pas de risque, et donc pas de raison de prononcer des mesures d'interdiction». Il y a deux semaines, la secrétaire d'Etat à l'écologie Chantal Jouanno faisait valoir en revanche qu'elle serait «tout à fait favorable à ce qu'on retire ces produits du marché».

Chiffre 7 Le bisphénol A est un composé chimique entrant dans la composition de matières plastiques, et notamment des biberons en polycarbonate. On les reconnaît, selon  André Cicolella, par le chiffre 7 qu'ils portent sur leur culot. On le trouve aussi à l'intérieur des canettes ou de certaines boîtes de conserve, ou encore dans des fontaines à eau. Selon le porte-parole, il est «presque partout» et 93% de la population en est imprégnée.