Un nouveau-né tué dans le crash

Maud Noyon (avec AFP)

— 

Ce sont finalement cinq personnes qui ont trouvé la mort dans la nuit de samedi à dimanche à la suite du crash d'un hélicoptère de la Sécurité civile en Corse. En plus des deux pilotes et du médecin du Samu, la femme enceinte, transférée par les airs à l'hôpital de Bastia pour plus de sécurité, venait d'accoucher quand l'engin a disparu des écrans de contrôle. Parti dans la soirée du centre de secours de Ponte-Leccia (Haute-Corse), l'hélicoptère avait pris en charge la jeune mère de 20 ans, malgré de mauvaises conditions météorologiques.

Le pilote et le copilote, rompus à ce type de trajet, n'ont rien signalé d'anormal pendant le vol, pas même la naissance de l'enfant. Alors qu'il aurait dû atterrir à Bastia vingt minutes après le décollage, l'appareil a disparu au-dessus du défilé de Lancone, une chaîne montagneuse au sud-ouest de Bastia. C'est là que les recherches ont débuté dans des conditions difficiles. Près de 150 personnes, dont des spécialistes du sauvetage en milieu périlleux, ont été mises à contribution. Elles ont retrouvé l'épave et les corps vers 3 h 30, grâce à un hélicoptère Puma. Elle se trouvait à une heure de marche d'une piste peu accessible, près du village de Rutani. Selon les secours, l'appareil aurait heurté une paroi rocheuse. Ses passagers sont probablement morts sur le coup. Michèle Alliot-Marie s'est rendue hier en Corse où elle a rendu hommage aux secours qui ont cherché l'appareil. La ministre de l'Intérieur a aussi annoncé une enquête administrative et technique sur les causes du drame. « Ce tragique accident endeuille cruellement la Corse et la communauté des acteurs de la Sécurité civile », a réagi hier le président Sarkozy. W