Pas de jeux dans les supermarchés

— 

La Française des Jeux (FDJ) a finalement jeté l'éponge, hier. Ses produits ne seront pas vendus dans les supermarchés, à la grande satisfaction des buralistes : « Nous sommes rassurés, c'est exactement ce que nous demandions », a expliqué Pascal Montredon, président de la Confédération des buralistes. En effet, cinq cents buralistes avaient manifesté bruyamment, la semaine dernière, devant le siège de la FDJ, à Boulogne-Billancourt, pour réclamer « un blocage définitif des implantations de points de vente de jeux dans les grandes et moyennes surfaces ».

Une revendication entendue, puisque la FDJ a décidé de fermer progressivement ses 131 points de vente tests en grandes et moyennes surfaces, invoquant « l'évolution de l'environnement économique au cours des derniers mois, qui affecte la pertinence de ces tests ». Un soulagement pour les buralistes, très alarmés de cette menace sur leurs ventes au moment où ils doivent aussi affronter la libéralisation des jeux sur Internet. W