On ne pardonne pas à Royal de s'être excusée

— 

Les commentaires ont continué, hier, après la polémique lancée par Ségolène Royal. Elle s'était « excusée » auprès du Premier ministre espagnol, José Luis Zapatero, de propos péjoratifs qu'aurait tenus Nicolas Sarkozy à son encontre. L'ex-socialiste et actuel ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a assuré qu'il n'y a pas « l'ombre d'un nuage » entre Paris et Madrid, jugeant que « la politique mérite mieux de la part de Mme Ségolène Royal ».

Plusieurs critiques sont venues du propre camp de la socialiste. Jack Lang a carrément demandé à « nos amis espagnols » de l'excuser, dénonçant un « faux pas » de Ségolène Royal. Moqueur, l'UMP a réagi hier à la condamnation de Royal par la Cour de cassation pour ne pas avoir versé de salaire à deux anciennes collaboratrices lorsqu'elle était députée. « L'UMP demande à Mme Royal de dire pardon à ses anciennes salariées », a lancé son porte-parole, Frédéric Lefebvre. W