Molex: les dirigeants retenus depuis lundi soir

SOCIAL La direction avait annoncé en octobre 2008 son intention de fermer l'unité de Villemur à la mi-2009...

Avec agence

— 

La défense de l'usine de connecteurs automobiles Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne), menacée de fermeture par son actionnaire américain, a suscité jeudi une mobilisation générale des 300 salariés, de la population et des élus.
La défense de l'usine de connecteurs automobiles Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne), menacée de fermeture par son actionnaire américain, a suscité jeudi une mobilisation générale des 300 salariés, de la population et des élus. — Eric Cabanis AFP

Ils ont passé la nuit à l'usine avec leurs dirigeants. Des salariés du site de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) de l'équipementier automobile Molex, condamné à la fermeture en juin 2009 par la direction américaine du groupe, retiennent depuis lundi soir deux dirigeants de l'entreprise.

«Nous avons mis dehors le directeur de l'usine, Philippe Fort, et nous retenons le co-gérant de Molex SARL (la filiale française de Molex) Marcus Kerriou et la directrice des ressources humaines Coline Colboc», a déclaré Pierre Bellegarde, délégué CGT à l'issue d'un comité d'entreprise. «Nous nous sommes organisés pour les garder toute la nuit, ce n'est pas une séquestration, ils ont 300 m2 de bureaux à eux», a précisé le secrétaire du CE Denis Parisé (CGT).

Une dizaine de salariés

Vers 23h00 les deux dirigeants séquestrés avaient pu se restaurer. Ils s'apprêtaient à passer la nuit sous la surveillance d'une dizaine de salariés dans le bâtiment et d'une cinquantaine autour.

Les salariés de cette usine de connecteurs électriques pour l'automobile réclament «le rapatriement d'un stock qui a été constitué aux Pays-Bas pour nous contourner», selon les syndicalistes. Près de 200 des 283 salariés de l'usine s'étaient massés vers 16h devant les locaux où se tenait le comité d'entreprise.

Annonce de fermeture en octobre

Vers 17h30, les syndicalistes ont interrompu la réunion en constatant que «la direction avait mis en place un système de double source de production en utilisant ses usines américaines et en constituant un stock chez un soi-disant client néerlandais, Power and Signal», a dit Pierre Bellegarde.

La direction avait annoncé en octobre 2008 son intention de fermer l'unité de Villemur à la mi-2009 mais les salariés contestent le bien-fondé économique de cette décision.

La procédure est suspendue dans l'attente d'un rapport demandé par le CE au cabinet d'expertise Syndex. La direction assure avoir fourni toutes les informations nécessaires sur la crise automobile poussant à la fermeture de cet établissement, mais a été déboutée par la justice en première instance de sa demande d'obtenir que le rapport soit rendu rapidement, alors que, selon la CGT, les experts envisagent de ne le rendre qu'à la mi-mai.