Relance des vaccinations contre l’hépatite B et la rougeole

SANTE Les autorités sanitaires françaises encouragent une protection contre la première et s'inquiètent d'un retour de la seconde...

Julien Ménielle

— 

La vaccination contre la rougeole reste indispensable, ont rappelé samedi les autorités sanitaires après le décès d'une collégienne au moment où le nombre de cas, bénins pour la plupart, est en augmentation en France et dans d'autres pays européens.
La vaccination contre la rougeole reste indispensable, ont rappelé samedi les autorités sanitaires après le décès d'une collégienne au moment où le nombre de cas, bénins pour la plupart, est en augmentation en France et dans d'autres pays européens. — Ed Oudenaarden AFP/ANP Mag

La rougeole, ennemi à éradiquer. La semaine européenne de vaccination, entamée ce lundi, est l'occasion pour les autorités sanitaires de remettre l'accent sur l'importance de se protéger contre cette maladie en forte recrudescence en France. En janvier dernier, une collégienne de Haute-Savoie est même morte, premier décès du genre depuis 2005.

En 2006, on comptait 40 cas de rougeole en France. En 2008, 600 ont été déclarés. Le problème: le taux de couverture vaccinale, estimé à moins de 90% de la population, alors qu'il devrait être supérieur à 95% pour garantir une protection collective efficace.

Séance de rattrapage pour la vaccination contre l'hépatite B

Malgré la polémique entourant ce vaccin, suspecté sans preuve scientifiquement établie de favoriser le développement de la sclérose en plaque, le calendrier vaccinal français, publié en marge de la semaine européenne, continue de recommander la vaccination de tous les nourrissons.

Il porte à 15 ans, contre 13 précédemment, l'âge pour bénéficier d'un «rattrapage», c'est-à-dire d’une vaccination pour ceux qui n'en ont pas bénéficié dans l'enfance. Une procédure simplifiée à deux injections au lieu de trois a même été mise en place pour faciliter la mesure.