Les infirmières libérales plus si libres

Ide Parenty

— 

Depuis samedi, les infirmières libérales voient leur liberté d'installation limitée pour corriger leur mauvaise répartition sur le territoire (lire encadré). Dans les zones « très surdotées », les infirmières ne pourront s'installer qu'à condition de compenser le départ d'une de leurs collègues. A l'inverse, dans les zones « très sous-dotées », elles pourront bénéficier d'aides pour s'installer ou rester.

En contrepartie, les syndicats ont obtenu des revalorisations tarifaires, avec une hausse des honoraires au 18 avril 2009, correspondant à + 5,33 %. A l'origine de ces mesures, un accord signé en 2008 entre leurs syndicats et l'Assurance-maladie. En 2007, alors qu'avaient été jetées les bases de cet accord avec les infirmiers, Nicolas Sarkozy l'avait cité en exemple pour les médecins libéraux, eux aussi très inégalement répartis sur le territoire. Ces derniers échappent pour l'instant à ces mesures, même si le sujet a déjà fait l'objet de vifs débats. Lors de l'examen par l'Assemblée nationale du projet de loi Hôpital, patients, santé et territoires, certains députés souhaitaient remettre en cause cette liberté d'installation des médecins pour mettre fin aux « déserts médicaux ». Pour l'instant, le gouvernement écarte cependant les amendements allant dans le sens d'une trop forte contrainte. W