Le PS unanime contre l'UMP plutôt que pour Royal

POLITIQUE Benoît Hamon, porte-parole du parti, s'est exprimé ce dimanche...

C.F. (avec agence)

— 

Si les réactions de soutien à Ségolène Royal n’étaient pas nombreuses ce dimanche au PS, le parti a tout de même pris sa défense par la voix de son porte-parole, Benoît Hamon. «L'UMP devrait envoyer des courriers de protestion à l'ensemble de la presse internationale, parce que du Guardian à la presse américaine, tout le monde souligne la grossièreté et la vantardise du Président Sarkozy dans les sommets internationaux (...)», indique-t-il ce dimanche matin au micro de France Info.

Ségolène Royal a annoncé samedi avoir, par lettre, présenté des excuses à Jose Luis Zapatero, président du gouvernement espagnol, pour ce qu'elle a qualifié de «propos injurieux» le concernant, imputés à Nicolas Sarkozy et démentis notamment par l'Elysée.

Ségolène «au diapason de l'opinion mondiale»

«Il y a unanimité dans la presse internationale et chez les dirigeants occidentaux pour considérer que l'attitude du président de la République est pour le moins curieuse et baroque. De ce point de vue, Ségolène Royal est au diapason de l'opinion mondiale», ajoute-t-il, soulignant qu’il «regrette que MM. Bertrand et Lefebvre, à part démolir l'opposition et casser du PS ou casser du Ségolène Royal, ne fassent pas autre chose d'autre.»

Interrogé sur l’unanimité au PS pour soutenir Ségolène Royal, Benoît Hamon répond: «En tout cas, il y a unanimité au PS pour trouver que l'attitude de l'UMP n'est pas honorable.»


Benoît Hamon soutient Ségolène Royal dans l'affaire Zapatero
envoyé par RichardTrois
Peillon, fidèle soutien

La veille, Vincent Peillon, qui fut un soutien de Ségolène Royal au Congrès de Reims, avait affirmé que «ce n'est pas en prenant l'habitude du président Nicolas Sarkozy d'insulter nos partenaires politiques que la France retrouvera sa crédibilité».

«Nous devons redonner à la France sa place centrale sur la scène européenne et ce n'est pas en prenant l'habitude du président Nicolas Sarkozy d'insulter nos partenaires politiques que la France retrouvera sa crédibilité», avait déclaré dans un communiqué l'eurodéputé, qui dirige la liste PS aux Européennes dans le sud-est.