«Après la bravitude, Madame Royal invente la ridiculitude»

REACTIONS L’UMP ne mâche pas ses mots après les excuses de l’ex-candidate PS à la présidentielle à Jose Luis Zapatero...

C. F. (avec agence)

— 

Le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Yves Jégo s'est réjouit de l'accord de sortie de crise en Guadeloupe signé mercredi soir Pointe-à-Pitre, après un "chemin long et douloureux".
Le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Yves Jégo s'est réjouit de l'accord de sortie de crise en Guadeloupe signé mercredi soir Pointe-à-Pitre, après un "chemin long et douloureux". — Joel Saget AFP

Le numéro un du parti, Xavier Bertrand, l'a qualifiée samedi de «spécialiste de la manipulation». «Une femme dévorée d'ambition qui n'admet pas le choix populaire de 2007», souligne quant à lui Dominique Paillé. Elle a besoin «d'une aide psychologique», a réaffirmé pour sa part le porte-parole Frédéric Lefebvre. «Pseudo-excuses délirantes», pour le député Gilles Carrez, présent au déjeuner litigieux.

Ségolène Royal «est passée du statut de donneuse de leçon professionnelle, à celle de serial désolée permanente. Si elle continue ainsi, la prochaine fois elle présentera ses excuses à la reine d’Angleterre pour le mot de Cambronne à Waterloo!», a lâché à son tour Christian Estrosi, conseiller politique de l'UMP, dans un communiqué.

«Des fautes imaginaires»...

Yves Jégo a de son côté estimé samedi que Ségolène Royal «se ridiculise et déshonore notre pays».

«Totalement incapable de formaliser la moindre proposition pour apporter aux Français la preuve qu'elle serait porteuse de solutions pour répondre à la crise», la présidente de Poitou-Charentes «semble avoir pourtant trouvé le filon pour exister dans les médias», commente le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer dans un communiqué.

«Elle devrait comprendre combien elle se ridiculise et déshonore notre pays en se flagellant ainsi chaque semaine sur la scène internationale pour des fautes imaginaires», ajoute le responsable gouvernemental.

«Après la bravitude, (...) Madame Royal invente la ridiculitude, désormais symbole de sa dimension politique», accuse-t-il encore.

... commentées par la presse européenne

La présidente de la région Poitou-Charentes a annoncé samedi avoir, par lettre, présenté des excuses à Jose Luis Zapatero, président du gouvernement espagnol, pour ce qu'elle qualifie de «propos injurieux» le concernant, imputés à Nicolas Sarkozy et démentis par l'Elysée.

Selon le journal «Libération», Nicolas Sarkozy aurait dit du Premier ministre espagnol qu'il «n'était peut-être pas intelligent» mais avait «gagné deux fois les élections».

Des propos largement repris et commentés par la presse européenne vendredi.