ETA: Un haut dirigeant présumé arrêté en France

TERRORISME Jurdan Martitegi est soupçonné d'être le principal chef militaire de l'organisation séparatiste basque...

Avec agence

— 

Jurdan Martitegi, soupçonné d'être le principal chef militaire de l'ETA, a été arrêté le 18 avril 2009 dans le sud de la France.
Jurdan Martitegi, soupçonné d'être le principal chef militaire de l'ETA, a été arrêté le 18 avril 2009 dans le sud de la France. — REUTERS/Ho New

La radio nationale espagnole a annoncé que Jurdan Martitegi, soupçonné d'être le principal dirigeant militaire de l'organisation séparatiste basque ETA, a été arrêté samedi dans le sud de la France.

Il aurait été interpellé dans la région de Perpignan avec deux autres membres présumés d'ETA dans le cadre d'une opération réalisée en commun par les forces de sécurité espagnoles et françaises, ont précisé la radio ainsi que d'autres médias espagnols.

Trois autres etarras présumés également arrêtés

De son côté, le ministère français de l'Intérieur a fait savoir que trois membres présumés de l'organisation séparatiste basque avaient été interpellés samedi à Montauriol (Pyrénées orientales, sud-ouest) par la police française en coopération avec les services espagnols.

Le ministère de l'Intérieur ne confirme toutefois pas l'information de la radio nationale espagnole selon laquelle Jurdan Martitegi a été arrêté.

Selon le ministère français, deux des trois personnes interpellées semblent être des clandestins. Elles n'auraient pas été formellement identifiées, mais trouvées en possession d'armes de poing et de faux papiers.

Leur interpellation a été effectuée par la SDAT (sous-direction antiterroriste) qui dépend de la direction centrale de la police judiciaire en collaboration avec la CGI espagnole, a ajouté le ministère de l'Intérieur.

Successeur de «Txeroki»

Jurdan Martitegi est soupçonné d'avoir succédé au poste de chef de l'appareil militaire de l'ETA à Aitzol Iriondo, arrêté le 8 décembre dernier en France, lequel avait lui-même remplacé Garikoitz Aspiazu dit «Txeroki», également interpellé en France en novembre.

De nombreux responsables et membres présumés d'ETA ont été arrêtés ces derniers mois en France. L'organisation séparatiste est jugée responsable de 825 meurtres en plus de 40 ans de violences pour l'idépendance du pays basque.