L'Unef confiante sur la tenue des examens de fin d'année

UNIVERSITE Le syndicat compte sur la «responsabilité» des profs et des étudiants...

Avec agence

— 

Trente cinq universités imposent à leurs étudiants des frais d'inscription illégaux en sus des frais d'inscription fixés nationalement par le ministère de l'Enseignement supérieur, affirme le syndicat étudiant Unef dans son rapport annuel sur la question publié mercredi.
Trente cinq universités imposent à leurs étudiants des frais d'inscription illégaux en sus des frais d'inscription fixés nationalement par le ministère de l'Enseignement supérieur, affirme le syndicat étudiant Unef dans son rapport annuel sur la question publié mercredi. — Francois Guillot AFP/Archives

Pour l’Unef, première organisation étudiante, les examens de fin d’année ne sont pas en danger malgré le conflit en cours. «Je pense que l'ensemble des personnels, des étudiants, engagés dans cette mobilisation, feront preuve de responsabilité, ne mettront pas en cause les examens pour les étudiants», a déclaré Jean-Baptiste Prévost, président de l'Unef, samedi sur France Info.

>> Retrouvez notre dossier sur la crise des universités en cliquant ici.

«C'est un sujet d'inquiétude, c'est un sujet de préoccupation pour les étudiants et notamment pour les plus modestes d'entre eux», a-t-il expliqué. «Des formes d'aménagement de la fin de l'année universitaire sont en train d'être mises en place», a-t-il ajouté, citant des révisions de calendrier, le report de certaines sessions d'examen et la modification du contenu de certaines épreuves.

Pas de validation automatique

Les universités cherchent les meilleurs dispositifs possibles pour rattraper les heures de cours perdues depuis le début du conflit universitaire, qui a commencé début février, pour pouvoir organiser les examens de fin d'année et attribuer des diplômes non dévalués.

Sur ce point, Jean-Baptiste Prévost a rejeté l'idée d'une validation automatique du second semestre, évoquée lors de certaines assemblées générales. «Nous n'approuvons pas ces demandes», a-t-il dit, évoquant le risque d'un problème de reconnaissance des diplômes sur le marché du travail.