Maltraitance à Banyuls: une défense entre précarité et mysticisme

FAIT DIVERS Le père de famille explique qu'il a mal nourri ses enfants faute d'argent, son avocate le dit «malade» et «mystique»...

J.M.

— 

 Des équipes de télévision filment le 15 avril 2009 à Banyuls-sur-Mer l'immeuble où vivait le couple d'une cinquantaine d'années inculpé et écroué la veille pour maltraitance sur huit de leurs enfants dont deux adolescentes.
Des équipes de télévision filment le 15 avril 2009 à Banyuls-sur-Mer l'immeuble où vivait le couple d'une cinquantaine d'années inculpé et écroué la veille pour maltraitance sur huit de leurs enfants dont deux adolescentes. — AFP PHOTO / RAYMOND ROIG

Il est «très étonné de voir que les gens disent qu'il maltraitait ses enfants». Depuis sa prison perpignanaise, le père de famille à qui ses huit enfants ont été retirés pour mauvais traitements l'a assuré à son avocate: «S'il avait eu davantage d'argent, il leur aurait donné plus de nourriture.»

Citant les propos de son client, Catherine Barrère a expliqué que «pour la nourriture, il ne pouvait pas faire autrement, il était obligé de calculer et ne pouvait consacrer que 300 euros par mois à l'achat de nourriture, des sacs de riz, de semoule, des sardines et de l'huile d'olive pour tremper le pain le matin».

«C'est un illuminé, quelqu'un de mystique»

«Lui aussi est très maigre, son visage est très émacié, il était également sous-alimenté», a souligné l'avocate. Elle a par ailleurs demandé une expertise psychiatrique, assurant que son client est «malade». «C'est un illuminé, quelqu'un de mystique, il interprète la religion à sa façon. Il a eu des hallucinations, a pensé qu'il allait mourir et qu'il est victime de sorcellerie», a-t-elle poursuivi.

Des propos qui vont dans le sens de ceux du procureur de Perpignan et du Dr Isabelle Lemoine, du conseil général des Pyrénées-Orientales, qui avaient tous deux décrit un illuminé ayant des «pratiques sectaires».

Mais l'avocate va un pas plus loin, en affirmant qu'«il y a une énorme différence entre quelqu'un qui maltraite ses enfants de façon perverse et quelqu'un qui est perturbé et impose des règles de vie austères non seulement à sa famille mais aussi à lui-même».