Le président de l'université Rennes-II: « Il faut rétablir notre image »

INTERVIEW Alors que certaines facs voient des étudiants les déserter pour cause de grèves à répétition, Marc Gontard a répondu aux questions de «20 Minutes»...

Recueilli par L. de C.

— 

Vous perdez chaque année des étudiants. Est-ce imputable aux blocages récurrents qui ont lieu dans votre université?
Oui, mais pas seulement. Il y a aussi, plus globalement, une désaffection pour les études littéraires et les sciences humaines.

Votre survie est-elle en jeu?
Bien sûr. Les jeunes engagés pensent qu'il vaut mieux gagner dans le bras de fer actuel avec le gouvernement, plutôt que sauver leur université. Je pense qu'ils ont tort.

Comment éviter que des étudiants se détournent de vous?
Le gouvernement nous aiderait en cessant de nous bombarder de réformes et en essayant de résoudre les conflits plus rapidement.

L'image de votre fac est-elle profondément entamée?
C'est ce qu'on nous dit. Pour autant, la Sorbonne est régulièrement barricadée et encerclée par les CRS, son prestige est-il atteint? Notre fac ne se résume pas à l'étiquette de gauchiste qu'on lui prête. Nous allons communiquer sur nos compétences pour tenter de rétablir d'ici un à deux ans notre image.