Yazid Sabeg n'a «jamais parlé de statistiques ethniques»

DIVERSITE Le Commissaire a donné quelques pistes sur le rapport qu'il rendra le 7 mai à Nicolas Sarkozy...

Delphine Bancaud

— 

Yazid Sabeg, commissaire à l'Egalité des chances, a installé lundi le Comité pour la mesure de la diversité chargé de "doter la France des moyens d'observer l'état des discriminations".
Yazid Sabeg, commissaire à l'Egalité des chances, a installé lundi le Comité pour la mesure de la diversité chargé de "doter la France des moyens d'observer l'état des discriminations". — Francois Guillot AFP/Archives
Yazid Sabeg reste inflexible et l'a fait savoir ce jeudi lors d'une conférence de presse organisée par le club de la presse arabe. Souhaitant répondre à la polémique autour de l'outil de mesure de la diversité qu'il souhaite mettre en place, le Commissaire à la Diversité et à l'Egalité des chances a tenté de désamorcer le débat.

«Je n'ai jamais parlé de statistiques ethniques» a-t-il affirmé, qualifiant celles-ci de «hors sujet» par rapport à l'outil de mesure qu'il proposera à Nicolas Sarkozy lors de la remise de son rapport sur la promotion de la diversité le 7 mai. Outil qui devrait consister en un questionnaire anonyme proposé sur la base du volontariat via lequel les personnes sondées feraient part de leur sentiment d'appartenir à une minorité ou pas.

Ne lui parlez plus de statistiques ethniques

Cette collecte d'informations devrait, selon Yazid Sabeg, permettre de «mesurer les discriminations» et plus tard les progrès accomplis pour les supprimer. «Prétendre que Nicolas Sarkozy ou moi-même voudrions procéder au recensement ethnique de la France et ficher les individus dans des catégories raciales (...) est une caricature scandaleuse» avait-il déjà martelé la veille.

Visiblement irrité que le débat ne porte que sur cette question, Yazid Sabeg a aussi précisé que cette mesure n'occupait «qu'environ 5 pages sur les 100» de son rapport. Mais pas question pour autant de détailler ses préconisations avant le 7 mai, même si l'on sait déjà qu'elles porteront prioritairement sur l'emploi et la formation initiale. «Elles seront réalistes et raisonnables et auront des effets à moyen terme. La plupart seront des mesures de droit commun et d'autres spécifiques, notamment à l'attention des jeunes des quartiers» a-t-il juste indiqué, non sans une certaine langue de bois.

Un simple retard, pas une reculade

Pour l'heure, Yazid Sabeg a déjà ébauché quelques pistes de réflexion en matière d'emploi: expérimentation du CV anonyme dans 100 entreprises privées et dans certaines administrations, conditionnement de l'accès des marchés publics et des subventions à l'obtention du label diversité pour les entreprises, négociation annuelle d'accords de branches et d'entreprises sur la diversité, développement du recrutement par simulation (méthode des habilités)...

L'autre volet de son rapport portera sur l'éducation avec l’ouverture des classes prépa à 30% de boursiers, la mise en oeuvre d'un quota de 5% de salariés en formation en alternance dans les entreprises de plus de 100 salariés à partir de 2010, la création de places en internats pour les collégiens et les élèves des classes prépa... Quant au retard d'un mois de la remise du rapport à Nicolas Sarkozy, Yazid Sabeg a déclaré qu'il n'était dû qu'à une «question de calendrier», coupant ainsi court aux rumeurs évoquant une reculade du gouvernement.