Avalanche à Val-Cenis: le dispositif de recherches est levé

MONTAGNE Une décision prise en fin de journée en l'absence de signalement de disparus, explique le directeur des pistes...

Mathieu Grégoire avec agence

— 

Carte de localisation de Val-Cenis, où une avalanche a traversé deux pistes, le 16 avril 2009.
Carte de localisation de Val-Cenis, où une avalanche a traversé deux pistes, le 16 avril 2009. — Idé
Dénouement heureux à Val-Cenis, la station de ski de Savoie, au coeur du Parc national de la Vanoise, où une grosse avalanche a traversé ce jeudi vers 13 heures deux pistes. Les CRS de montagne de Modane craignaient des victimes. La tendance a changé. «Nous sommes quasiment sûrs qu'il n'y a personne d'enseveli sur le domaine skiable» a expliqué Daniel Touffait, directeur des pistes de la station, précisant que les recherches reprendraient si un disparu venait à être signalé.

«C'est une avalanche énorme, expliquait un peu plus tôt depuis Modane le guide et secouriste Laurent Deschamps, joint par 20minutes.fr. Un mètre de cassure, la coulée part à 2.800 mètres dans un cirque au-dessus de la station. Sur 200 mètres de large, un dénivelée de 600 à 800 mètres, et une zone d'accumulation qui va jusqu'à 10 mètres d'épaisseur. De la folie.»

«Les chiens ont marqué à plusieurs reprises, il existe donc de fortes probabilités qu'il y ait des gens dessous, poursuivait Deschamps, en précisant que sept maîtres-chiens sont sur place, ainsi que de nombreux CRS, secouristes, médecins et moniteurs. Tout le monde est sur le pont, mais il est difficile de progresser dans les recherches et de savoir si des gens ont été ensevelis vu l'ampleur de l'avalanche.» La préfecture tentait cependant de rassurer:
«Les responsables des secours de la station ont fait un rapide recensement et aucune disparition n'a été signalée». Quatre hélicoptères sont actuellement sur zone.

Fort enneigement

Parmi les deux pistes de cette station très fréquentée du massif de la Haute-Maurienne se trouve une importante piste rouge, qui a été coupée.

Interrogé par l'AFP, le peloton de gendarmerie de haute-montagne (PGHM) de Modane, en renfort à Val-Cenis, a signalé un «gros risque de suravalanche». Val-Cenis faisait partie début avril des dix stations françaises les plus enneigées, avec plus de trois mètres de neige en haut des pistes. L'explication? «Il est encore difficile de l'affirmer, c'est vrai qu'il y a un enneigement particulièrement fort en cette fin de saison, conjugué à du vent, et une certaine lourdeur vu qu'il a plu ces dernières 24 heures».

Météo France avait évalué le risque d'avalanche ce jeudi à Val-Cenis à trois sur une échelle de cinq.


Cette coulée est intervenue en pleine période de vacances scolaires pour les zones A (Lyon, Clermont-Ferrand, Grenoble) et C (Bordeaux, Paris).