Les soirées entre amis en tête des loisirs

Ide Parenty

— 

L'accès à la culture demeure, selon eux, inégalitaire. Les résultats d'une enquête de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) auprès de plus de 7 000 personnes de 13 à 30 ans révèlent aussi leur rapport aux loisirs.

Un manque de temps et d'argent 61,3 % des jeunes interrogés ont peu ou pas assez de temps pour leurs loisirs, et 39,7 % d'entre eux considèrent qu'ils n'ont pas assez d'argent. Un chiffre qui s'alourdit chez les jeunes en recherche d'emploi : 52,9 % d'entre eux affirment ne pas avoir assez de moyens pour leurs loisirs.

Le sport passe avant Internet Chiffres étonnants, le temps des loisirs est d'abord consacré aux soirées entre amis (59,4 %), puis au sport (33, 8 %), mais seulement en troisième position aux jeux vidéo et à Internet (25,1 %). Damien Cerqueus, porte-parole de la JOC, rappelle que ces chiffres représentent « la perception des jeunes sur leurs pratiques, et non des mesures strictes ».

La télévision, un loisir contesté 41,7 % des jeunes estiment regarder trop la télévision. Un sentiment qui n'étonne pas Philippe Coulangeon, sociologue, pour qui, la télévision « occupe une place assez limitée, et sans doute de plus en plus faible, dans le quotidien des jeunes, en partie du fait de la concurrence des loisirs numériques et de l'Internet ». Un jeune sur deux ne considère d'ailleurs pas la télévision comme un loisir, ce que Pascal Verbèke, directeur des Cahiers de l'Atelier, qui a analysé les résultats de cette enquête, explique par « une culture grégaire des jeunes. Le fait d'être ensemble compte énormément. Ce que l'on fait seul n'est pas un loisir. »

Un intérêt moindre pour les lieux culturels 92,5 % de ces jeunes ne vont jamais à l'opéra, 63,5 % ne vont jamais au théâtre, et 52, 5 % ne vont jamais au musée. Pour Inès Minin, présidente de la JOC, « les moins de 30 ans disent clairement que cela ne les intéresse pas. Ce fossé entre les jeunes et la culture instituée est une réalité prégnante, de la même manière que la culture des jeunes - musique, graff, etc. - n'est pas reconnue en tant que telle. »

L'information et les transports montrés du doigt 40,3 % des sondés estiment mal connaître les propositions culturelles dans leur ville, et seulement 65,2 % considèrent qu'ils y ont facilement accès. ■